Banque alimentaire: la collecte expérimente


aqui.fr

Banque alimentaire: la collecte expérimente

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min

Publication PUBLIÉ LE 20/11/2017 PAR Romain Béteille

D’hiver en été

Vous l’avez peut-être vu ces derniers jours, les températures ont baissé brutalement. En général, cette période correspond chaque année à la campagne hivernale des associations d’aides aux plus démunis. Les Restos du Coeur ont commencé le bal ce mardi, à charge pour la Banque Alimentaire de le continuer les vendredi 24, samedi 25 et, pour la première fois, dimanche 26 novembre au matin. Trois jours durant lesquels près de 3000 bénévoles vont se mobliser dans les magasins, venant soit de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde, soit des nombreuses associations partenaires ou de jeunes (lycéens, étudiants) à la collecte mais aussi au tri qui est censé suivre cette dernière. Le groupe Suez y va même de ses effectifs, en mobilisant 900 bénévoles pour l’occasion, dont beaucoup de jeunes. Il faut dire que l’objectif est très important pour cette association d’aide alimentaire qui, en trois jours, récolte environ 10% de ce qu’elle redistribue toute l’année. 

Enfin, ce pourcentage, c’est dans le meilleur des cas, comme l’a souligné Bruno Bernat, le responsable de la distribution d’été chiffres à l’appui. « L’an dernier, on a récolté 343 tonnes contre 386 en 2015 et plus de 400 les années d’avant. Sur cinq ans, on a donc perdu une centaine de tonnes. Notre objectif cette année, c’est de stabiliser. C’est vers l’équipe de bénévoles qu’il dirige pendant la période estivale que les bénéficiaires de l’aide alimentaire se tournent, quand toutes les autres portes sont closes et que tout le monde est parti en vacances. Et cet été aura d’ailleurs présenté son lot de difficultés. « En tout, on a eu 5200 personnes, dont 35% de gens inconnus, qui venaient principalement d’Albanie, d’Ukraine ou de Géorgie. Ils n’étaient passés par aucun filtre social avant nous, on a connu quelques problèmes de civisme. Des bénévoles et des bénéficiaires se sont sentis agressés, certains hésitent même à revenir l’année prochaine ». Pour pallier à ces problèmes pendant les distribution d’été, la Banque compte former d’avantage les encadrants à gérer les conflits, mais aussi exiger une pièce justificative pour chaque personne se présentant sur place. « On n’est pas trop favorable au képi », temporise Bruno Bernat.

La collecte se modernise

En attendant l’été prochain, la BABG aura fort à faire pour réussir son objectif de stabilisation du volume de dons. Pour la première fois, la collecte tente de se moderniser un peu. En guise de premier essai, elle sera pésente le dimanche matin dans trois hypermarchés de l’agglomération bordelaise (Auchan Lac, Auchan Mériadeck et le magasin Carrefour de Lormont) et va travailler en collaboration avec quatre « Drives » toute la semaine (Leclerc Saint-Médard-en-Jalles, Saint-Jean d’Illac, Auchan Bordeaux Lac et Bouliac). « C’est une année zéro pour nous, on fait un test », confie Jeff Runel Béliard, toujours Président de la BABG. « On va voir s’il faut persister ou si on s’est trompé dans notre approche, mais on essaye de s’adapter aux solutions d’approvisionnements des gens, qui passent de plus en plus par le supermarché le dimanche matin ou le drive, surtout chez les plus jeunes ». Depuis mardi, les sites internets des drives cités plus haut ont un onglet spécial « Banque alimentaire » aves les denrées dont l’association a le plus besoin : féculents, conserves de poissons et de viande, sauces, plats préparés, etc. En allant voir sur le site d’un magasin cités parmi les quatre, on s’aperçoit quand même que l’onglet est un peu caché au milieu des promos et des deals du Black Friday… mais passons.

La collecte du troisième week-end de novembre va en tout cas concerner environ 300 magasins dans toute la Gironde, mais pas tous, « 8 à 10% des magasins étant impossibles à couvrir par manque de bras et parce qu’ils sont trop excentrés ». Alors la Banque a demandé main forte aux étudiants en école de commerce, qui ont répondu présents dans certains magasins en proposant une autre alternative aux moyens déjà mis en place : des « poches » préparées à prix affichés au milieu des promotions, avec des produits déjà sélectionnés par l’association, seront ainsi proposées à la vente : elles iront de cinq euros pour un équivalent de deux repas à dix euros pour quatre repas en passant par une dernière poche intermédiaire à sept euros. Vous pourrez croiser ces étudiants et leurs « pochettes surprise » si vous allez faire vos courses à Auchan Lac, Carrefour Lormont ou Auchan Mériadeck ce week-end. Bref, la BABG essaie à tout prix d’enrayer la baisse du volume de dons qu’elle subit chaque année, y compris en « cherchant des approvisionnements un peu partout ». Car son nombre de bénéficiaires, lui, reste le même : au niveau national, la Banque Alimentaire a toujours pour objectif de récolter 12 000 tonnes de produits, soit 24 millions de repas.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles