Après les attentats de Paris, les opérateurs culturels plus que jamais décidés à ”ne rien lâcher”


aqui.fr

Après les attentats de Paris, les opérateurs culturels plus que jamais décidés à ''ne rien lâcher''

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 17/11/2015 PAR Lise Gallitre

“Nous devons continuer à vivre, à écouter de la musique, à sortir”“Depuis ce vendredi 13 novembre, toutes nos pensées vont à nos amis de Nous Productions (producteur du groupe qui jouait ce soir là), à Astérios (co-gérant du Bataclan), aux équipes du Bataclan et à toutes celles et ceux qui assistaient à ce concert. Le Rocher était fermé ce week-end, pas envie de faire la fête. Set&Match et le Grand Concert de Gospel sont reportés en janvier-février (dates connues dans la semaine). Nous réouvrons aujourd’hui les portes en pensant à eux. Avec la conviction qu’on ne doit rien lâcher. Nous devons continuer à vivre, à écouter de la musique, à sortir, à célébrer et partager des moments de joie. Parce que c’est la vie” a posté Patrick Duval, Directeur du Rocher de Palmer, ce lundi 16 novembre sur le mur Facebook de la salle cenonnaise.

“Faire obstacle à tous les fascismes”“Nous ne cèderons pas un pouce de terrain aux fous de dieu quelque soit leur dieu et nous continuerons notre travail de diffusion, d’actions culturelles tous azimuts et  tout ce qui se passe nous conforte, s’il en était besoin, dans nos convictions de faire obstacle à tous les fascismes religieux ou politiques”, a quant à lui déclaré Eric Roux, directeur de la Rock School Babrbey à Bordeaux.

“Ne pas renoncer aux gestes les plus quotidiens de notre capacité à faire sociét锓Nous pensons très fort aux équipes, aux artistes et au public du Bataclan. Nous nous associons aux communiqué du Syndicat des entreprises artistique et culturelle. Ce que les terroristes visent c’est notre capacité à nous réunir dans des lieux publics, des cafés ou des restaurants, des salles de spectacle ou des stades. Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas renoncer aux gestes les plus quotidiens de notre capacité à faire société et manifestons notre volonté de continuer à vivre ensemble librement, dans le respect des valeurs de la république.” a posté l’équipe du Carré-les-Colonnes qui, comme les autres salles, maintient sa programmation exceptées les sorties scolaires suspendues par arrêté préfectoral.

“Reprendre le cours de nos vies en musique, libres, effrontément” “Ce jeudi soir nous allons essayer de reprendre le cours de nos vies, meurtris, à jamais différents, mais plus encore amoureux, ivres, rêveurs, généreux, respectueux et joyeux. Ce jeudi soir nous serons là tous ensemble, debout, tristes et heureux. Ce jeudi soir et tous les jours qui suivront, nous allons continuer passionnément nos actions ici et ailleurs, dans les écoles, les hôpitaux, les crèches, les centres sociaux, les médiathèques, les lycées, les collèges parce que comme le disait si bien Pablo Casals, compositeur, musicien et violoncelliste : ” La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent. Ce jeudi soir, nous allons reprendre le cours de nos vies en musique, libres, effrontément”. Voici les mots de l’équipe du Krakatoa à Mérignac qui avait suspendu sa programmation au lendemain des évènements et reprendra “sa vie” ce jeudi donc.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles