48 heures pour découvrir l’agriculture urbaine


Les 48 heures de l'agriculture urbaine se tiennent en Pays rochelais

illustration serresAnne-Lise Durif | Aqui

illustration serres

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 25/06/2021 PAR Anne-Lise Durif

Les 26 et 27 juin, une vingtaine de fermes, jardins partagés, familiaux ou d’entreprises du pays rochelais ouvrent leurs portes pour faire découvrir leur approche de l’agriculture et du respect de l’environnement. Des dizaines de manifestations sont prévues : visites d’exploitations, conférences, chantiers participatifs de plans, ateliers semis, apprentissage du compost, initiations à la permaculture, aux plantes sauvages ou à l’apiculture, etc. Il y en a pour tous les goûts, tous les âges et tous les usages !

C’est notamment l’occasion d’aller visiter le jardin permacole de l’entreprise rochelaise Léa Nature à Périgny. Ou de découvrir à travers une balade dans la ville le projet de micro-ferme urbaine de la régie de quartiers diagonales. Équipé d’une planche et d’une feuille, chaque participant pourra dessiner sa vision du projet de demain. C’est aussi l’occasion de découvrir les actions de certaines structures de l’économie sociale et solidaire en matière d’alimentation. L’association « Remplir Les Ventres Pas les Poubelles » et une épicerie solidaire rochelaise organisent le dimanche un buffet anti-gaspi, préparé avec les invendus des marchés.

Les 48h de l’agriculture urbaine ont été initiées en 2016 par la Société d’Agriculture Urbaine Généreuse et Engagée (Sauge), qui rassemble des fermes, des jardins partagés et d’entreprises. Selon les fondateurs, l’objectif est de « favoriser la découverte et le rapprochement des habitants des villes et des campagnes, et la mise en valeur des initiatives en lien avec l’alimentation et l’agriculture ». Pour le collectif, il s’agit « d’amener le plus grand nombre possible de citadins à mettre les mains dans la terre, une réponse simple et efficace à la transition écologique », en vue de « multiplier des espaces cultivés en ville et sa périphérie». Les 48h promeuvent des pratiques agricoles sobres en gaz à effet de serre, sans intrants, économes en eau et en énergie et la multiplication des îlots de verdure et de fraicheur que sont les espaces cultivés et végétalisés en ville, ainsi que le maintien ou le développement des trames et des ceintures vertes, de la préservation de la biodiversité en ville et de la réduction de l’artificialisation des terres. La Sauge a réussi au fil des ans à fédérer une vingtaine de villes, qui proposent chacune à leur tour leur 48h de l’agriculture urbaine.

Voir le programme complet 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! La Rochelle / Charente-Maritime À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles