43 candidats pour 4 sièges de députés de la Vienne


Les plus de 306 000 électeurs de la Vienne sont appelés aux urnes ce dimanche 12 juin pour le 1er tour des élections législatives.

Les élections législatives se tiendront les 12 et 19 juin. Dans la Vienne, il y a 43 candidats en lice. Ici, les voeux de la 2 circonscription.Aqui.fr

Les élections législatives se tiendront les 12 et 19 juin. Dans la Vienne, il y a 43 candidats en lice. Ici, les voeux de la 2 circonscription.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 7 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/06/2022 PAR Julien PRIVAT

Ils sont 43. 43 candidats aux élections législatives des 12 et 19 juin dans la Vienne. Aqui! vous propose un tour d’horizon des enjeux et des perspectives dans les 4 circonscriptions que compte le département. Dominique Breillat, politologue et professeur émérite en droit public à l’Université de Poitiers, nous livrera son analyse pré-scrutin.

Depuis le 20 mai 2022, 18 heures, la préfecture de la Vienne a officialisé la liste des candidats à l’élection législative dans la Vienne. Au total, 43 candidats briguent un poste de député. En 2017, lors du précédent scrutin, ils étaient 51. Les candidatures sont assez également réparties dans les quatre circonscriptions : 12 pour la 3e, 11 pour la 1re et la 2e et 9 pour la 4e« C’est assez équilibré », commente Dominique Breillat, politologue et professeur émérite en droit public à l’Université de Poitiers. « Les députés sortants se représentent tous. Face à eux, de nouvelles têtes émergent ». Effectivement, il y a eu un renouvellement des candidats. Il y a cinq ans, seulement sept candidats – dont les trois députés sortants – étaient en lice pour les législatives. 

 
Des partis aphones ?
 
Une campagne qui n’a pas vraiment eu lieu, que ce soit au niveau national ou au niveau local. Les candidats ont pour certains opté pour les traditionnels meetings, le fameux porte-à-porte souvent réalisé par les sympathisants, la présence sur les marchés et autres lieux de vie. « On ne peut pas dire qu’il y ait vraiment eu une campagne pour les Législatives. Le président de la République a mis du temps à lancer le mouvement, notamment en prenant du temps avant de nommer la Première ministre. Elle a fait très peu de déplacements pour aider sur le terrain. Il n’y a que Jean-Luc Melenchon qui a fait campagne. Les autres courants, je les ai trouvé un peu aphones. Et pourtant il y a de l’enjeu ! Y-aura-t-il une majorité après les élections législatives ? », interroge Dominique Breillat. 

 
Les 4 députés sortants se représentent
 
Des enjeux, il y en a également dans le département de la Vienne. « Ce scrutin est capital, explique le politologue poitevin. Les députés représentent les citoyens de leur territoire à l’Assemblée Nationale. Un lien essentiel avec le territoire. Sans oublier qu’ils votent, tout de même, les lois. » Les élections législatives apparaissent comme incertaines. « Elles sont différentes de par le passé. En 2017, il suffisait d’avoir l’étiquette LREM pour être élu. En 2012 et 2007, ça avait été la même chose pour le PS et l’UMP. Ces 12 et 19 juin, ça risque d’être différent » poursuit-il.
 
En 2017, les 4 députés de la Vienne avaient été élus sous l’étiquette de La République en marche.  Pour la 1re circonscription, Jacques Savatier (LREM) avait été élu avec 59,62% des suffrages exprimés. Pour la 2e circonscription, Sacha Houlié (LREM) avait recueilli 67,71% des voix. Pour la 3e circonscription, Jean-Michel Clément (LREM) avait été élu avec 67,83% des suffrages. Enfin pour la 4e circonscription, Nicolas Turquois (LREM) avait récolté 51,34% des voix. Désormais, les choses ont quelque peu évolué. Analyse circonscription par circonscription. 

 
Pas facile pour tout le monde

Dans la 1re circonscription de la Vienne, celle de Poitiers Nord, Jacques Savatier avait cédé son poste à sa suppléante, Françoise Ballet-Blu, étant devenu parlementaire en mission. Cette dernière se représente toujours derrière le président Emmanuel Macron sous l’étiquette Ensemble. Pour Dominique Breillat, elle a du faire campagne malgré un manque de notoriété certain. « Elle n’a pas vraiment d’assise locale », confie Dominique Breillat. « C’est le souci qui a émergé lorsque la règle du non cumul des mandats a été mise en place. Beaucoup de candidats et députés n’ont pas ou peu d’assise locale. Le député maire n’existe plus. C’est ce qui explique que bien souvent on ne connaît plus ses députés ». Face à elle, elle aura le centriste (UDI) Jérôme Neveux, actuellement maire de la commune de Jaunay-Marigny. « Il est bien implanté localement et il a fait un peu parler de lui durant la campagne avec un minibus qui a sillonné la circonscription. Il est allé à la rencontre des électeurs. » Sans oublier, en embuscade, Lisa Belluco, qui se présente sous l’étiquette de la Nouvelle union populaire, écologiste et sociale (NUPES). 
 
Dans la 2e circonscription de la Vienne, celle de Poitiers Sud, Sacha Houlié (Ensemble) se présente à sa propre succession. Il paraît favori. Face à lui, pas ou peu de candidat à droite ou au centre. Pas de grand nom. Une candidature NUPES, soutenue notamment par la maire de Poitiers, Léonore Moncond’huy, mais pas par les deux anciens maires socialistes de Poitiers, Alain Claeys et Jacques Santrot. « Ils seront plus amenés à voter Sacha Houlié », admet Dominique Breillat. Il ne faut pas oublier qu’à Poitiers Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête au premier tour de la Présidentielle. Est-ce que ça se confirmera ? À voir ce dimanche 12 juin. 
 
Direction le sud Vienne, dans la 3e circonscription. Jean-Michel Clément, député de centre gauche proche de Place publique, se représente également. Faisant partie d’un des premiers dissidents de LREM, l’ancien maire de Mauprévoir semble avoir un peu de fil à retordre. Face à lui des adversaires importants. Il aura notamment le maire de Civray, Pascal Lecamp sous l’étiquette Ensemble. Mais aussi une candidature Reconquête, celle d’Olivier Lepercq, fils de l’ancien député Arnaud Lepercq. Sans oublier une candidature du Rassemblement National, une des écologistes du centre et à sa gauche celle du Nupes.
 
Dans la 4e circonscription, dans le Nord Vienne, Nicolas Turquois repart pour un tour aussi. Le député MoDem soutenu par Ensemble, huit candidats face à lui. « Il semble en bonne position », commente Dominique Breillat. Le député actuel pourra compter sur sa suppléante de droite, Valérie Dauge qui a une bonne assise locale également. Première vice présidente du département de la Vienne, elle devrait lui apporter quelques voix, selon le politologue. Cependant, il va falloir également voir comment se comporte le Rassemblement National. Dans cette circonscription, l’extrême droite avait remporté de nombreux suffrages lors de la Présidentielle de mars dernier. 
 

De nouveaux partis

Les législatives voient également l’éclosion de partis. L’affiche du parti animaliste, qui ne met pas en avant un candidat, mais plutôt un caneton fait parler d’elle. Trois des quatre circonscriptions de la Vienne ont des candidats du parti animaliste avec, pour l’anecdote, la candidate de la 1re circonscription, Élise Farine qui a comme suppléante Alexandrine Farine-Bodet, sa soeur. Autre parti présent quant à lui dans les quatre circonscriptions de la Vienne, celui l’Union des démocrates musulmans français. Là encore, on peut trouver les mêmes noms de famille. Et pour cause le candidat sur la 4e circonscription de la Vienne Fabrice Auger et sa suppléante Kenza Auger, sont mari et femme. La présence de ces partis plus intimistes s’explique facilement pour Dominique Breillat. « Pour pouvoir bénéficier de certains financements, les partis politiques doivent se présenter dans 50 circonscriptions. Ils savent qu’ils n’ont aucune chance. Mais ça leur offre la possibilité de faire passer leur message et il y a toujours cette optique d’obtenir un financement. »
 
Désormais place au scrutin. Un scrutin majoritaire à deux tours. Pour être élu dès le premier tour, un député doit recueillir plus de 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix égal à 25% du nombre d’électeurs inscrits. Sinon, les deux candidats qui sont arrivés en tête sont qualifiés pour le 2nd tour. Les candidats suivants peuvent aussi y accéder à condition d’avoir obtenu un nombre de voix au moins égal à 12,5% du nombre d’électeurs inscrits. « Il ne faut pas se faire d’illusion. Au vu de l’abstention des derniers scrutins, je pense que nous assisterons le 19 juin à des duels » commente Dominique Breillat. Reste à savoir désormais si la Vienne basculera ou non en restant dans la majorité présidentielle. L’inconnue est immense. D’autant que beaucoup d’ambiguïtés subsistent. 
 
Liste des candidats dans la Vienne
 
Voici la liste des 43 candidats dans la Vienne. En premier la ou le titulaire et en second sa ou son suppléant.
 
Première circonscription (Poitiers nord)
 
– Jeannot Assoumi et Ben Kassim (Union des démocrates musulmans français)
– Françoise Ballet-Blu et Pierre-Étienne Rouet (Ensemble)
– Lisa Belluco et Stéphane Patrier (Nouvelle union populaire, écologiste et sociale)
– Élise Farine et Alexandrine Farine-Bodet (Parti animaliste)
– Kévin Courtois et Maryse Lacombe (Rassemblement national)
– Ludovic Gaillard et Nolwenn Dehon (Lutte ouvrière)
– Alexandre Giraudet et Guisela Flores-Hidalgo (Écologie au centre)
– Corine Jarry et Jean-Luc Bour (Debout la France)
– Idriss Laadnani et Ahmed Abro (Collectif citoyen)
– Marie-Aline de Mascureau et Charles Tournemine (Reconquête)
– Jérôme Neveux et Céline Plisson (Les Républicains – Union des démocrates et indépendants).
 
Deuxième circonscription (Poitiers sud)

– Frédéric Bouchareb et Latifa Assayhi (Écologiste)
– Roselyne Du Chambon et Mounir Karamat (Les Patriotes)
– Agnès Chauvin et François Barère (Lutte ouvrière)
– Aurélien Dessaux et Nicolas Lecaussin (Divers droite)
– Maryse Ferreira et Driss Karroum (Collectif citoyen)
– Sacha Houlié et Sandra Girard (Ensemble)
– Carridy Mayenga et Albane Cottereau (Parti animaliste)
– Soifidine Ousseni et Sarah Auger (Union des démocrates musulmans français).
– Céline Philippe et Julien Dubois (Rassemblement national)
– Marie-Dolorès Prost et Nicole Dedryver (Reconquête)
– Valérie Soumaille et Aladin Lêveque (Nouvelle union populaire, écologiste et sociale)

Troisième circonscription (Sud Vienne)
 
– Isabelle Barbot et Alain Cruzel (Écologie au centre)
– François Bock et Marie-Catherine Burbaud (Divers droite)
– Sabine Bortolotti et Xavier Monnais (Debout la France !)
– Fatiha Boutayeb et Daoud Abdou (Union des démocrates musulmans français).
– Jean-Michel Clément et Françoise Le Meur (Divers gauche)
– Soizic Jouan et Gérard Chauvin (Lutte ouvrière)
– Pascal Lecamp et Virginie Giraudeau (Ensemble)
– Olivier Lepercq et Géraldine Remondière-Roux (Reconquête)
– Patrick Minot et Jean-Louis Zanardo (Mouvement pour la ruralité)
– Éric Soulat et Véronique Goubault (Rassemblement national)
– Jason Valente et Dominique Giraud (Nouvelle union populaire, écologiste et sociale)
– Léonard Zerbib et Sylviane Lardeau-Mauxion (Les Républicains)
 
Quatrième circonscription (Nord Vienne)

– Fabrice Auger et Kenza Auger (Union des démocrates musulmans français)
– Flavien Cartier et Nadia Benchernine (Nouvelle union populaire, écologiste et sociale)
– Patrick Guichard et Marie De Maestri (Les Patriotes)
– Marion Latus et Jérôme Toulet (Rassemblement national)
– Gérard Lieutet et Dalhia Khnafo (Régionaliste)
– Sylvie Pimot et Alexia Bourreau (Parti animaliste)
– Nicolas Turquois et Valérie Dauge (Modem)
– Alain Verdin et Michèle Dominguez (Reconquête)
– Patrice Villeret et Sylvie Maraicher (Lutte ouvrière)
Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Vienne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles