L’IGP: quand le territoire devient une valeur ajoutée


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/05/2013 PAR Aurélie Gruel

L’Aquitaine est l’une des régions qui compte le plus de produits IGP. Cette mention permet la valorisation et la protection des produits issus d’un espace géographique particulier. Ils regroupent à la fois la production viticole et les produits régionaux tels que le piment d’Espelette, le jambon de Bayonne ou encore le Foie Gras du Sud-Ouest. Le but étant de protéger le savoir-faire des producteurs de la région et de renforcer le lien entre le produit et son territoire d’origine.

Rappelons que le produit possède des caractéristiques uniques, propres à son lieu de production.

 

« IGP : en moyenne 10 ans »Produits placés IGP sur le stand des Assises des Origines

Mais alors comment placer un produit sous IGP ? La démarche est simple, mais le circuit est long. « Placer un produit sous IGP est plus long que de mettre en place une marque territoriale » souligne Benjamin Labelle, coordinateur aux Assises de l’Origine. Il faut d’abord effectuer une demande à l’INAO, Institut National des Appellations d’Origines. Puis, mettre en place un cahier des charges qui fixe des méthodes de production. En effet, le produit se doit de répondre à un certain nombre de critères. On compte: le lien au territoire, une production homogène, de la qualité. C’est un long processus qui peut prendre en moyenne dix ans.

Marc Roose, Directeur IGP Foie Gras du Sud-Ouest explique : « les produits placés sous IGP sont vendus en moyenne 16% plus chers que les produits non protégés ». Un prix qui est dû au cahier des charges, ajouté aux différents contrôles effectués durant l’année qui augmentent les coûts de production et entraînent ainsi des prix à la vente plus élevés. L’Identification Géographique Protégée, c’est la réservation d’un terme géographique pour un produit. Elle se base sur la réputation de celui-ci qui s’obtient avec la tradition. Une histoire qui s’inscrit dans la durée.

Il poursuivra en disant que le produit Foie Gras du Sud-Ouest placé sous IGP, le nom Sud-Ouest ne pourra pas être utilisé pour nommer d’autres produits.

A Marc Roose, d’ajouter: « Il vous faut bien comprendre que le mot Sud-Ouest a de la valeur. Il était de notre devoir de le protéger ». 


Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! À lire ! SPÉCIAL > Nos derniers articles