Vague de solidarité dans les campings du groupe Côté Ô


Côté Ô
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 08/04/2020 PAR Lucile Bonnin

Côté Ô est un groupe qui existe depuis 2017 et qui comprend 5 campings sur différentes régions : la Normandie, la Bretagne, et le Nord Aquitaine (Charente-Maritime). Le groupe détient 1280 emplacements sur l’ensemble des campings qui sont équipés de mobil homes (960) et/ou de parcelles appelées « emplacements nus » pour les tentes ou camping cars. Le groupe, comme l’explique sa présidente Pascale Espaillard, a voulu jouer son rôle dans la crise sanitaire que nous traversons : « très vite nous avons choisi de récompenser le personnel soignant. Bien évidemment de nombreuses personnes extraordinaires font de leur activité quotidienne des choses magnifiques, mais nous avons posé un arbitrage et nous avons décidé d’offrir aux personnes les plus exposées, des séjours gratuits ».

Sur le site Côté Ô,  il y a une page dédiée pour pouvoir bénéficier de ces vacances offertes. Les soignants doivent donner évidemment des justificatifs pour écarter les malveillances et faire 3 choix de campings et 3 choix de dates. Les séjours proposés vont de deux à sept nuits maximum par soignant.  En tout, 2 200 nuits vont être offertes. « Nous voulions que cela soit suffisamment significatif pour que la goutte d’eau ne soit pas trop transparente, confie Pascale Espaillard. Nous avons trouvé que 315 familles accueillies dans nos campings cet été, cela avait du sens. »

Une récompense pour demain

Dans le futur, que restera t-il des applaudissements et des remerciements qui existent aujourd’hui ? C’est la question que le groupe s’est posé. Côté Ô veut faire perdurer cet élan et veut offrir du répit et du repos en famille aux soignants (catégories infirmiers et aides-soignants). « Aujourd’hui, les familles peuvent être éclatées, observe la présidente du groupe. Les parents partent au travail dans des conditions difficiles… Tous les jours ils disent au revoir à leurs enfants et ces enfants sont angoissés… » S’inscrire aujourd’hui sur cette offre gratuite donne alors une forme d’espoir. Bien plus que des vacances gratuites, le groupe veut offrir « un lendemain de retrouvailles et un moment privilégié pour les familles ».

Côté Ô

Des entreprises individuelles ou des campings ont déjà fait à leur niveau des offres similaires. Les gérants du camping le Balcon de la Baie en Ille-et-Vilaine ont, par exemple, lancé un appel à la solidarité aux campings de France voulant offrir eux aussi des séjours. De nombreux établissement ont répondu présent comme le camping Les Goélands à Arès en Gironde ou encore le camping les Ecureuils également situé à Arès. Le groupe Côté Ô voulait absolument faire partie de ce mouvement de solidarité.  « Personne ne peut échapper à cette aventure aujourd’hui et, pour une personne morale, c’est son devoir de citoyen de participer à un effort collectif solidaire, indique Pascale Espaillard. Il faut le faire avec ses moyens pour, au final, faire grossir le mouvement dans un sens positif. »

Offrir, c’est donner du sens

« Applaudir anonymement à 20h, c’est très bien. Mais, pour clore le débat, on aura besoin de se plonger véritablement dans les yeux des aides soignants. Dans les campings, il y aura sûrement à l’accueil un applaudissement mais on pourra aussi les regarder dans les yeux pour les remercier » explique la présidente de Côté Ô. Cette opération de solidarité va sans nul doute confirmer les valeurs de l’entreprise qui revendique son côté humain et généreux. Ce qui anime le groupe également, c’est la possibilité de rendre les équipes fières de leur travail. Se sentir utile en ces temps de crise est primordial.

Aujourd’hui, les campings du groupe ont l’interdiction d’ouvrir et ne connaissent pas encore la date de réouverture des lieux. C’est une activité ralentie et inquiétante : la réouverture reste incertaine en terme de date, les salariés ne peuvent pas être rassurés sur leurs conditions de travail à l’avenir (quand vont-ils pouvoir accueillir de nouveaux clients ?), et l’activité économique est touchée. Pour autant, Pascale Espaillard ne perd pas espoir : « tout le monde a compris que l’année 2020 serait totalement bousculée et particulière. Il va falloir la réinventer et trouver des solutions différentes. Le groupe est loin d’être exempté mais au sein de nos valeurs il y a aussi l’enthousiasme. C’est notre manière de repousser les limites et de dessiner un nouvel avenir ». 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles