Sac Ados: des vacances offertes par le Conseil régional pour 400 jeunes Aquitains


Manon Lefresne
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 26/08/2014 PAR Mathieu Presseq

Cette année, 103 structures sont partenaires de l’opération et 121 jeunes Aquitains sont partis ou s’apprêtent à partir à l’étranger. Parmi eux, Manon Lefresne, une étudiante infirmière fraîchement diplômée de 22 ans, originaire de Boé (Lot-et-Garonne). Grâce au dispositif Sac Ados, elle est partie du 30 juin au 10 juillet 2014 à Salou, en Espagne, accompagnée de son petit frère et de quatre amis venant de Dax et ses alentours. Ils ont tous entre 20 et 22 ans.

De longs mois d’organisation« On a fini nos études donc c’était nos dernières vacances scolaires. On a choisi Salou parce que c’est pas très loin de la France. On voulait le soleil, la plage et être un peu dépaysés avec la langue espagnole. Et la proximité du parc d’attractions Port Aventura a pesé dans notre choix. On a passé une journée là-bas, on a visité la ville, qui est vraiment magnifique, et on a profité de la piscine dans la résidence qu’on avait loué. On ne garde que de bons souvenirs, du début à la fin », confie-t-elle. Oui mais un tel séjour demande de longs mois d’organisation. Pour cela, les six jeunes ont pu compter sur l’aide des Pôles Jeunesse de leurs communes. « On a rencontré Camilla, qui gère le Pôle Jeunesse de Boé, à plusieurs reprises pendant plusieurs mois, durant le début de l’année. On s’est réunis aussi avec le Pôle Jeunesse de Dax parce que je suis partie avec des amis de là-bas ». Ensemble, ils ont fait le point sur combien le projet allait leur coûter, combien ils allaient dépenser, les moyens de transports envisagés ou encore les activités que chacun souhait faire. « C’était très agréable de préparer ces vacances, sachant qu’on allait être financés. On ne sait pas si on aurait pu le faire sans financement car on était étudiants et on ne touchait aucun salaire. Et comme il y a des choses qu’on ne peut pas forcément savoir, c’était important d’être aidés et conseillés ».

Une aide financièreToutefois, tout projet doit être présenté devant un jury composé de personnalités de la région Aquitaine, lors d’un oral de 30 à 45 minutes. « Le jury nous a posé pas mal de questions sur comment on avait construit notre projet, qui avait fait quoi, quel était notre but, quelles étaient nos activités. Et si le budget tenait la route par rapport à l’alimentation, aux transports, aux sorties, de façon à ce que l’on ne voie ni trop gros ni trop petit ». Même si les projets rejetés restent rares, le jury se réserve le droit de donner un peu moins d’argent si le budget est mal fixé. Ce n’était pas le cas pour Manon et son groupe. « La région Aquitaine nous a donné 250€ par personne et la mairie de Boé a donné aux Boétiens 100€ par personne en plus. Cet argent nous a permis tout d’abord de payer la location qu’on avait loué à six mais aussi de faire des activités comme Port Aventura, d’assurer les frais pour aller en voiture là-bas, pour visiter la ville. Mais tout ce qui était nourriture et autres sorties était à nos frais ».

Cependant, Manon et son petit frère n’en sont pas à leur première expérience avec le dispositif Sac Ados. Il y a trois ans, ils étaient déjà partis à deux à Mimizan. Chaque jeune a ainsi droit à participer deux fois à l’opération : une fois en France, une fois en Europe. Pas plus. « Il faut laisser la chance à d’autres », conclut-elle avec sagesse.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles