Nouvelle-Aquitaine : Novaq, festival de l’innovation, de retour pour une seconde édition


région Nouvelle-Aquitaine
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/09/2020 PAR Romain Béteille

“Nous avions le souci de répéter cette manifestation au succès populaire, avant tout parce qu’il nous semblait impératif d’expliquer le sens de la politique d’innovation de la région”, a insisté ce matin le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, au moment de présenter l’édition 2020 de NOVAQ, festival de l’innovation qui se tiendra cette année les 29,30 et 31 octobre à l’espace Encan de La Rochelle. Initialement prévu au mois d’avril mais décalé pour cause de confinement, l’évènement, qui convoque à la fois les professionnels et le grand public, est consacré cette année au “rebond”, à la relance, mots qui seront les fers de lance d’un vaste plan politique présenté le 5 octobre prochain en plénière régionale. Océan, santé, énergie, agroécologie seront autant de thèmes essaimés autour du fil rouge de ‘l’innovation pour mieux vivre”, après une première édition en 2018 partagée entre Bordeaux, Limoges et Poitiers autour des thèmes de l’océan, de l’espace et du cerveau. 

Innovation pro

“Les entreprises sont très en attente de pouvoir, justement dans cette phase de rebond et de vie avec le covid, exposer toutes leurs innovations”. Compte-tenu des contraintes sanitaires, l’évènement ne pourra pas accueillir plus de 1000 personnes, et appliquer la règle d’un siège sur deux. Mais il compte bien décliner son programme. Ce sera le cas pour les 16 conférences programmées sur quatre demi-journées autour d’une vingtaine de personnalités en guise de “grands témoins”. Parmi eux, on trouvera le PDG du groupe Thalès Patrice Caine, la philosophe et psychanaliste Cynthia Fleury, la navigatrice et présidente de WWF France Isabelle Autissier ou encore le biologiste et écrivain Joël de Rosnay. Table ronde sur les enjeux alimentaires face à l’augmentation mondiale de la population, pitchs de start-ups engagées dans l’agro-écologie, focus sur le futur de la santé, show scientifique sur la montée des océans, débat autour de la biotech, show musical de Solar Sound System ou temps dédié à l’innovation régionale (avec notamment le biologiste Vincent Bretagnolle ayant piloté le comité scientifique Écobiose) sont autant de formes différentes proposées en partenariat avec le journal Le Monde pour tenter de dresser un tableau global et local de l’innovation au travers de divers thèmes phares.

NOVAQ sera également l’occasion pour 75 entreprises d’investir les 3000 mètres carrés de showroom. On notera aussi la présence de 25 centres de transfert de technologie et de méthodologie qui porte des projets collaboratifs et un espace de rencontre avec les clusters régionaux. Sans citer toutes les innovations qui seront présentées par les entreprises, on peut tout de même noter un assistant zéro-déchet charentais (Trizzy), des ruches connectées béarnaises (Mellisphera), des produits alimentaires corréziens à base d’insectes (Ynovéa) ou du béton bas carbone landais (Meterr’up). Des ateliers créatifs seront aussi de la partie le jeudi 29 et vendredi 30 octobre autour de l’agroécologie, des emballages biosourcés, du risque côtier, du travail à distance ou de l’économie bleue. 

Journée grand public

Le 31 octobre sera une journée spécialement dédiée au grand public, au cours de laquelle plusieurs animations se déclineront dans différents pôles de l’espace Encan. En plus de deux expositions pédagogique traitant de la vulgarisation scientifique en BD et des apports du biomimétisme à l’échelle régionale, sachez que les musées de la ville, sur présentation d’un badge spécifique, seront gratuits (Musée Maritime, Muséum ou Musée du Nouveau Monde). Ainsi, à l’auditorium de 11h à 19h, en partenariat avec le Festival international du film d’aventure de La Rochelle et l’ALCA (Agence Livre et Cinéma de Nouvelle-Aquitaine), le public pourra découvrir une série de documentaires évoquant tour à tour la biodiversité, l’ours des falaises, les “flots cosmiques” et les récifs coraliens.

Mais c’est sûrement le Quai des Curieux qui satisfera le plus les amateurs de découvertes interactives. De 10h à 18h, il proposera un show scientifique, un cube immersif à destination de Mars, un atelier de création de robots et de nombreuses autres animations pour toutes la familles.

Parmi elles, on s’est autoritsé un focus sur l’escape game Gaïactica, dans lequel on prend les commandes d’un vaisseau spatial en essayant d’éviter l’hypothèse d’une hausse de plus de deux degrés de la température de la planète due à l’activité humaine. Présent à Cap Sciences à Bordeaux depuis septembre 2019, cette animation ludique va réaliser, à l’occasion de Novaq, une première régionale : elle sera entièrement mobile. Dorian Tourin-Lebret, son créateur, nous explique. “C’est une variante du vaisseau fermé installé à Bordeaux, transportable et faite pour être installée dans n’importe quel endroit. On prend possession d’une des pièces de l’espace Encan à La Rochelle que l’on va transformer en vaisseau spatial le temps de la journée grand public. Ça permet de toucher plus de personnes dans d’autres lieux et ça tient dans une grosse malette de transport”. Déjà utilisé pour animer des journées d’entreprise, la version transportable de Gaïactica vous demandera avant tout de savoir maîtriser ses “hexadômes” en équipe de quatre personnes autour de quatre thèmes différents ayant un impact sur le réchauffement de la planète : énergies, transports, alimentation et bâtiment.

 Gaïactica


Ces “unités de contrôle interactives”, sous la forme d’hexagones de 60 centimètres de diamètre, serviront d’interface à votre “vaisseau spatial”, qui vous permettra de voir la Terre de l’Espace et, à la fin, de mesurer les conséquences de vos actions sur notre jolie planète bleue. “Habituellement, Gaïactica dure entre 45 minutes et deux heures. Dans le cadre de Novaq, on nous a demandé que ça ne dépasse pas une heure pour qu’un maximum de personnes puisse y participer. On a développé cette variante et on l’a finalisée pendant le confinement”, ajoute Dorian. Une manière différente de vivre l’expérience qui a investi les locaux de Cap Sciences il y a un an et accueilli entre septembre et mars, environ 3500 personnes. “Des retours qu’on a eu, on constate qu’il y a des éléments qui créent de l’étonnement. Les jeunes en rediscutent avec leurs familles, les plus âgés ont envie de se documenter et de mieux comprendre tel ou tel point abordé pendant l’expérience. À travers elle, on cherche à transmettre des messages, mais elle n’est réussie que si on en ressort en s’étant amusé et en ayant appris des choses, sans qu’on ait eu l’impression qu’on vous donne une leçon”. À coup sûr l’un des temps forts de la troisième journée de cette seconde édition, entièrement gratuite et ouverte à tous.

L’info en plus : En raison des incertitudes de la crise sanitaire, la région Nouvelle-Aquitaine a développé une plateforme digitale en plus du salon physique “pour assurer le maintien de l’évènement en toutes circonstances”. Vous pourrez y accéder dès le 22 octobre et découvrir, pendant ou après le salon, l’ensemble des conférences, le showroom interactif, des expositions virtuelles et des webinaires. Ces contenus seront disponibles pendant plusieurs jours après l’évènement, sans que l’on en connaisse pour l’instant le nombre, dans le but d’en faire profiter le plus de monde possible. En attendant, vous pouvez retrouver l’intégraiité du programme de l’évènement sur novaq.fr

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Charente-Maritime À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles