Les trajets en train sous haute sécurité sanitaire


Claude Hélène Yvard
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 25/05/2020 PAR Claude-Hélène Yvard

Deouis le 11 mai, la reprise du trafic  ferroviaire a necessité des adaptations des équipes de la SNCF. Comme dans l’ensemble des gares d’Aquitaine, la gare de Périgueux en Dordogne, s’est dotée d’un dispositif sanitaire strict.  Le préfet de la Dordogne Frédéric Perissat est venu le vérifier mardi 26 mai lors d’une visite de la gare.
Désormais, le port du masque est obligatoire dès le parvis de la gare, pour tous les voyageurs et à bord des trains. Mais ce n’est pas le seul changement. Dès l’entrée de la gare, le parcours du public est étroitement balisé. Il se matérialise par une signalisation importante et un marquage au sol. Les équipes de la SNCF ont travaillé avec des entreprises locales qui ont fourni les matériels. 

Une signalisation importante a été mise en place pour marquer la distanciation sociale

L’entrée s’effectue désormais par l’une des deux portes principales, le tunnel est réservé à la sortie. “La gestion des flux se matérialise par la signalétique au sol, sur les portes, sur les mobiliers”, souligne Frédéric Faure, directeur des gares d’Aquitaine. Sur les quais, des autocollants ont été mis sur les bancs, afin qu’une place sur deux soit utilisée. Les escaliers sont soit dédiés à la montée, soit à la descente, les usagers ne peuvent plus se croiser.  Les mesures prises en gare pour rassurer les voyageurs sont importantes, comme le rappelle Frédéric Faure qui les gère. En plus du nettoyage quotidien, deux désinfections sont assurées vers 9 et 17 heures. A l’intérieur des rames, les usagers ne peuvent utiliser qu’un siège sur deux. “Le nettoyage est effectué une fois par jour, mais lorsque la coupure est assez longue, le train peut être aussi nettoyé”, précise Charles Civreis, directeur territorial des lignes Limousin Périgord. 
La police du rail veille au bon respect des mesures et n’hésite pas à raccompagner à l’extérieur les contrevenants. Il y a eu quelques incivilités mais dans l’ensemble, les gens respectent bien les mesures en vigueur.  Des guichets dont l’accès se fait par le côté de la gare,  et des bornes nettoyées quotidiennement sont ouverts pour prendre les billets, mais il est recommandé de les acheter sur Internet.

Peu de voyageurs

Ces mesures sanitaires sont destinées à rassurer les voyageurs : pour le moment, il n’y a pas foule dans la gare, ni à bord des trains. Les trains n’accueillent que 10% des usagers habituels.  Plusieurs raisons : les étudiants ne vont plus en cours, les internats n’ont pas rouverts et un certain nombre de salariés sont encore en télétravail. Une gare de l’importance de Périgueux voit passer en période normale 2 500 voyageurs par jour. Certains jours depuis le 11 mai, elle n’en a accueilli qu’une centaine. La SNCF prévoit une montée en puissance du trafic : 70% des TER dès mardi 2 juin, puis 100% à la mi juin. Les trains, même sur les Périgueux Bordeaux ne seront pas bondés assure Charles Civreis, directeur territorial de Ligne Limousin Périgord :“Nous avons des dispositifs d’alerte par les contrôleurs, qui contactent le centre opérationnel, s’ils voient que le train commence à avoir une saturation, par rapport aux distanciations. Le train ne part pas s’il y a trop de monde et nous rajoutons une rame, pour respecter la distanciation et garantir la sécurité sanitaire des voyageurs. Le cas s’est déjà produit depuis le 11 mai, sur certaines lignes très empruntées et à certains horaires, notamment ceux qui permettent de garantir une correspondance avec le TGV vers Paris.” 
La période de confinement a aussi ralenti les travaux en cours : ceux de la ligne de Brive qui obligent encore à un transfert par bus entre Condat et Brive, s’achèveront le 4 juillet.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Dordogne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles