Interview : le président de la Banque Alimentaire de Bordeaux craint pour l’avenir des plus démunis.


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 20/04/2013 PAR Maxence Peigné

@qui! -Quel rôle joue la Banque Alimentaire en Gironde ?
Alain Apostolo – Les banques alimentaires ont été créées il y a 26 ans autour de trois grands axes : lutter contre le gaspillage des grandes surfaces, aider les populations les plus démunies et participer à leur « inclusion sociale ». Notre site bordelais compte aujourd’hui 17 salariés, 180 bénévoles et 150 associations partenaires. Avec en moyenne 4800 tonnes de denrées distribuées chaque année, nous aidons principalement les travailleurs pauvres, les jeunes retraités et les femmes seules.

@! – Vos cris d’alerte sont de plus en plus alarmants, comment est la situation sur le terrain ?
AA – La demande est en hausse croissante alors que les collectes ne parviennent pas à suivre. Rien que sur la Gironde, 32 000 personnes sont touchées chaque jour par l’aide alimentaire. De plus en plus d’étudiants sont concernés. Nous intervenons deux fois par mois sur le campus pour tenter de les aider dans leur précarité mais, de manière générale, l’année 2012 a été marquée par une baisse de récoltes en produits frais. Les grandes surfaces savent mieux gérer leurs stocks et préfèrent transformer leurs pertes en gaz de méthane plutôt que de nous les donner.

@! – Les aides européennes aussi sont en berne, l’avenir ne s’annonce pas très bien…
AA- Nous sommes très inquiets. Le Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis risque de chuter de 50 à 70%. Cela représente 700 à 1200 tonnes de denrées par an ! Près de 20% de nos récoltes. Il faudra trouver un moyen de palier à cette perte. On cherche déjà des pistes auprès d’organisations agricoles et de financements privés… Les pères fondateurs pensaient que les banques alimentaires n’allaient durer que quatre ou cinq ans, mais les difficultés conjoncturelles ont laissé place à de véritables problèmes structurels. Le coût des loyers, de la santé, la baisse des salaires… Nous sommes malheureusement plus utiles que jamais !

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles