A l’institut Bergonié, la recherche pré-clinique met un pied dans la clinique


Anna Bonnemasou Carrere
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 04/07/2019 PAR Anna Bonnemasou

L’immunothérapie est une voie de traitement qui permet au système immunitaire de lutter contre une tumeur cancéreuse, laquelle est formée de cellules dégénératives du corps humain, qui dupent les interleukines “leur faisant croire que la présence de cellules cancéreuses est normale dans le fonctionnement du corps hôte” explique Loic Cerf de la société Immusmol. C’est de la volonté de développer plus encore cette récente forme de traitement oncologique, qu’est née l’idée d’un voisinage entre une société privée, Immusmol, et un centre régional de lutte contre le cancer, l’Institut Bergonié. Les laboratoires de biologie cellulaire de la société de recherche en immunothérapie ont été installés dans les locaux de l’ancien hôpital de jour de l’Institut. “Ils cherchaient de la place, on n’en avait pas beaucoup, mais on leur a donné” se souvient François-Xavier Mahon Directeur Général de l’Institut. Et parce qu’il est persuadé que “la science se fait dans les couloirs” il fallait faire cohabiter les recherches en phase précoce, aussi dites pré-cliniques, que développe Immusmol, et les recherches cliniques basées sur des prélèvements sur les patients, que mène l’Institut. Une synergie qui se veut être la réponse originale à une question scientifique malheureusement devenue ordinaire: comment traiter le cancer ? Cette collaboration va permettre d’apporter un niveau d’analyse et de technique complémentaire sur les recherches en immunothérapie, et suivra deux axes: le développement de nouveaux protocoles d’immunothérapie, et celui de traitement alliant immunothérapie et chimiothérapie, pour les cas où les résultats actuels laissent penser que cette technique, plus invasive, reste encore nécessaire. D’ambitieux projets de recherches qui ont pu voir le jour grâce au soutien de la région Nouvelle-Aquitaine dans la réalisation de cette synergie scientifique. Une cohabitation innovante a qui ont souhaite de l’être le plus vite possible, et pendant longtemps.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles