Sans papiers : un militant géorgien menacé d’expulsion obtient une carte de séjour


DR
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 09/07/2009 PAR Nicolas César

C’est un énorme soulagement pour Nugzar Sulashvili, 43 ans, en France depuis quatre ans. Désormais, il va pouvoir séjourner dans le pays avec son épouse et leurs deux enfants en toute sérénité, pendant au moins un an. Il a enfin le précieux sésame, une carte de séjour. C’est aussi la fin d’un long épilogue judiciaire. Le tribunal administratif de Bordeaux avait annulé en février l’arrêté d’expulsion pris le 15 octobre par la préfecture de Dordogne à son encontre. La préfecture avait alors déposé un recours auprès du tribunal administratif d’appel de Périgueux, qui a confirmé l’annulation de l’arrêté d’expulsion.

Menacé de mort dans son pays d’origine
A l’audience devant le tribunal administratif, son avocat, Me Gilles Piquois, avait indiqué que ce militant avait “mis en cause des députés et le procureur général adjoint” géorgiens dans un trafic de visas et dénoncé la collusion entre les autorités et la mafia. en clair, qu’il risquait de mourir en retournant dans son pays. Claire Malka Marcovich, de l’ONG, “la Coalition contre la traite des femmes”,  qui finance toujours une partie des activités de FCRS, l’association de défense des droits des étrangers créée en Géorgie en 1999 par Nugzar Sulashvili, avait témoigné du militantisme de celui-ci. Aujourd’hui, elle se réjouit qu’il ait pu obtenir cette carte de séjour. En espérant que cette décision de justice sera suivie par d’autres juges.

Nicolas César


Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Dordogne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles