Le professeur d’histoire Hubert Bonin revisite les Tabous de l’extrême droite à Bordeaux


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 26/12/2012 PAR Olivier Darrioumerle
Les tabous de l'extrême droite à Bordeaux
Acheter ce livre chez Mollat.com

 «L’antisémitisme est bien sûr animé par un sentiment inter-bourgeois catholique contre la banque protestante et juive. Mais on trouve des propos sidérants dans les archives municipales et une virulence récurrente hors période de fascisme qui prouve l’existence d’un terreau antisémite », explique l’historien qui a basé son travail sur des rapports de police détaillés, des archives privées, le journal Sud-ouest qui a produit des reportages abondants sur la campagne présidentielle du premier candidat d’extrême-droite, Tixier-Vignancour et les annuaires des archives qui décrivent sans pudeur les positions idéologiques des habitants.

« Mais à partir de 1960 les dictionnaires biographiques sentent la poudre de gomme ! », s’amuse Hubert Bonin. Par exemple, la famille St-Marc, connue pour avoir fait fortune dans les lessives et pour son grand gaulliste Renaud Denoix de St-Marc, patron du Conseil d’Etat, l’est moins pour celui qui fut leader de l’extrême droite bordelaise dans les années 60 disparu des registres municipaux et départementaux. « Il y aurait de “bons” membres de dynasties et des “moutons noirs”», écrit Hubert Bonin soulignant le côté caché d’une ville qui veut paraître « modérée » ,« sans sentiments extrêmes. »

Pas de détermination idéologiqueHubert Bonin distingue la droite dure, construite autour de valeurs et de traditions, de la droite-extrême qui s’oppose au régime en place dans un mouvement de démolition. « Certains leaders de la droite dure, comme Georges Mandel, n’ont pas commis le pas. D’autres, comme Henriot, ont abandonné leur corpus de valeurs humanisto-religieuses pour se tourner vers la dénonciation des minorité et la violence, mais il n’y a pas de pré-détermination idéologique », explique Hubert Bonin

Il prend pour exemple les choix différents de François Mauriac et de son frère Pierre, professeur de médecine à l’université et animateur de l’extrême droite dans les années 30-40. Ou encore, la famille Marie-Brizard dont une partie finançait la droite modérée, quand l’autre finançait l’extrême droite. La seule constante d’extrême-droite que révèle le professeur à l’Institut d’études politiques se trouve dans les professions du droit à Bordeaux. « On constate dans les grandes places de Droit, comme Bordeaux et Paris, un goût pour les traditions avec cette idée sous-jacente que l’ordre social est préservé par un ordre juridique. »  

Hubert Bonin, Les Tabous de l’extrême droite à Bordeaux, éditions Le Festin, 20 €

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles