Déviation d’Oloron : un brûlot en Béarn


Aqui
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 26/01/2016 PAR Jean-Jacques Nicomette

Ce n’est pas un serpent de mer. Mais c’est un vrai casse-tête. Les 3 600 mètres de déviation qui devraient permettre aux véhicules, parmi lesquels figurent de très nombreux camions, d’éviter de traverser Oloron-Sainte-Marie font débat dans les Pyrénées-Atlantiques. A tel point que l’on se demande si cet équipement, qui nécessitera la construction d’un tunnel, va voir ou non le jour.

Une bourse trop réduiteDepuis qu’il a été élu à la tête du Conseil départemental, le Modem Jean-Jacques Lasserre n’a en effet de cesse de mettre l’accent sur le mauvais état du budget que lui ont laissé ses prédécesseurs socialistes. Les finances locales sont tellement serrées qu’il refuse de voir aujourd’hui le Département débourser les 38,5 millions d’euros que l’ancien exécutif avait décidé de payer pour financer la moitié du chantier. Le reste étant couvert par l’Etat.  La réticence de l’élu pyrénéen est d’autant plus forte que, rappelle-t-il,  le gouvernement s’était à l’origine engagé à mettre 60 millions d’euros dans le projet.

Pierre Dartout, le préfet de Région, a pour sa part du mal à entendre un tel discours. « L’effort réalisé par l’Etat pour la déviation d’Oloron-Sainte-Marie est très important dans le contexte budgétaire actuel » a-t-il déjà souligné. Tout en indiquant que ce chantier  « nécessaire » pourrait débuter rapidement. C’est à dire  en 2017.

L’Etat s’en tient au contrat de planAfin de concilier les points de vue, une rencontre a été organisée en ce début de semaine au Parlement de Navarre où le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Pierre –André Durand, s’est assis à la même table que Jean-Jacques Lasserre,  mais aussi du socialiste (et Oloronnais)  Bernard Uthurry, vice-président du Conseil régional, en charge du développement économique ainsi que de Hervé Lucbéreilh, le maire DVD d’Oloron-Sainte-Marie.

Pour le préfet, les choses sont claires. Le gouvernement souhaite la mise en œuvre du contrat de plan Etat-Région 2015-2020 tel qu’il a été signé l’été dernier. Cela, « conformément aux engagements pris par le Conseil départemental sous la précédente présidence ».

Chacun devra donc payer 38,5 millions d’euros. Ce qui permettrait de réaliser un équipement considéré comme très important pour l’avenir économique du piémont béarnais ainsi que des vallées de montagne. Un territoire où, entre autres entreprises, sont notamment installés les chocolats Lindt et l’usine Messier-Dowty, spécialisée dans les trains d’atterrissage.

Déviation, LGV : ne mélangeons pas toutPour faciliter les choses, l’Etat précise qu’il honorera sa participation financière sans demander aux collectivités locales de fournir une avance de trésorerie. De plus, il assumera l’ensemble de la maîtrise d’ouvrage de l’opération.

Un dernier point, et non des moindres, a trait au financement de la LGV Tours-Bordeaux. Un dossier de taille, que Jean-Jacques Lasserre n’accepte pas d’assurer sans « contreparties ». Car, lui aussi, va coûter fort cher au département. Lorsque la majorité politique a changé au sein du Parlement de Navarre, le Département devait encore lui consacrer 69 millions d’euros.

« Rien ne saurait justifier que le Conseil départemental revienne sur l’engagement de financier la LGV Tours-Bordeaux, qui aura un impact sur l’économie et le dynamisme des Pyrénées-Atlantiques » estime l’Etat. Par contre, ce dernier « accepte de considérer de manière distincte”  son engagement en faveur de la déviation d’Oloron et l’engagement pris par le Conseil départemental pour financer la LGV.

En d’autres termes, chaque chose en son temps. Ne jetons pas de l’huile sur tous les feux et ne mélangeons pas les problèmes.

Un « équilibre » à trouverLundi, les représentants du Département et de la Région ont demandé un délai pour étudier à nouveau leur position sur la déviation.  Jean-Jacques Lasserre n’en démord pas : les Pyrénées-Atlantiques ne pourront pas assumer seules la dépense qui leur est demandée. Un « point d’équilibre » doit être trouvé, dit-il, avec le sens de la formule qui le caractérise.

De là à tourner les regards vers la Région, il n’y a qu’un pas. Même si son se représentant reste prudent. Car d’autres priorités existent et le dossier oloronnais pourrait fort bien servir de référence à d’autres projets émergeant en Aquitaine Limousin Poitou Charentes.
Discussions il y aura donc. Cela dit, le temps est compté.

Si aucune décision n’est prise ou si les collectivités locales refusent de financer le projet de déviation à hauteur de 50%, l’Etat sera contraint avant la fin du mois de février 2016 de reventiler ses crédits, prévient d’ores et déjà le préfet.

L’argent irait alors sur d’autres chantiers de la région et la déviation ne se ferait pas. Un scénario catastrophe pour le maire d’Oloron-Sainte-Marie, qui a déjà tiré le signal d’alarme. Selon lui, ce serait « un coup mortel » porté au Béarn.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles