L’exposition «Never give up» se dévoile


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/07/2017 PAR Carole Le Goff

Après « La Sagesse » lors de la première édition, cette année c’est sur le thème de « Never Give Up » – ne jamais renoncer – qu’ont dû composer les candidats. Le thème du concours de cette année n’a pas été choisi au hasard. En effet, comme précise Livia Perrier, responsable événementiel artistique et culturel de l’Institut, ne pas abandonner, est l’ « un des leitmotivs de l’Institut Bernard Magrez », et ce depuis sa création. L’exposition, ouverte au public du 7 juillet au 1er octobre, met en avant près de 110 œuvres, afin d’aider les artistes exposant à se faire connaître.

Une pré-sélection « subjective et très difficile »

La participation au Grand Prix n’était soumise qu’à deux contraintes : une contrainte sur le respect de la thématique « Never give up » ; ainsi qu’une contrainte sur les dimensions de l’oeuvre, elle ne doit pas dépasser le 100 cm x 100 cm, et 100 cm x 100 cm x 100 cm pour les œuvres en trois dimensions. Pour se présenter au concours, les candidats de toutes nationalités, devaient également envoyer un CV artistique – lieux de leurs expositions précédentes, études artistiques – ainsi qu’un dossier sur l’oeuvre qu’ils présentent, son explication, et sa photo. Une fois tous ces éléménts réunis et envoyés, l’Institut Culturel a procédé à une sélection préalable au Grand Prix. Sur la période de décembre à avril, 440 candidatures ont été reçues par l’Institut, ce qui l’a amené à faire des choix : c’était « subjectif et très difficile », confie Livia Perrier, « on était seulement l’équipe de l’institut, donc peu nombreux ». Après sélection, 109 œuvres se sont distinguées, et seront par conséquent exposées durant tout l’été.

« Les œuvres se répondent »

Le thème « Never give up » étant très large, il a fallu organiser l’exposition par genre, pour que les visiteurs ne se sentent pas perdus durant la visite. Ainsi, les salles se regroupent en sous-thèmes : une salle figurative, une salle qui oppose construction et destruction, une salle davantage portée sur l’abstrait… L’équipe en charge de l’événement a fait en sorte « que les œuvres se répondent », précise Livia Perrier, bien que toutes les œuvres soient très différentes, sur des supports différents et qui utilisent des techniques différentes.

109 œuvres d’art, 8 prix

Les oeuvres sélectionnées, ont de plus été réparties dans 4 catégories différentes selon leurs supports : la catégorie peinture, qui accueille 55 œuvres, la photographie 24, et la sculpture et l’installation 15 chacunes. Elles concourront toutes pour les 8 prix qui seront décernés durant l’exposition ; un jury composé de 7 professionnels, remettra, le 29 septembre, le grand Prix de l’Institut ainsi que le Prix d’excellence Labotière. De plus, il y aura un prix pour chaque catégorie représentée, un prix du public et un prix du numérique.

 

Un public influent

De fait, le public est invité à voter pour son œuvre préférée, sur place ou bien via la page Facebook de l’Institut. « On a essayé de développer un côté numérique cette année », annonce Livia Perrier. Toutes les œuvres seront présentées sur cette page et les internautes pourront prendre part à la décision en votant pour leur œuvre préférée. N’importe qui peut voter, et l’oeuvre qui recueillera le plus de « like », remportera le prix. Pour le prix du public, après la visite de l’exposition, les visiteurs sont conviés à voter pour leurs 5 œuvres préférées. Celle qui obtiendra le plus de vote gagnera le prix.  

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles