Alimentation : ces nouvelles solutions en matière de recyclage


Image libre de droit
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 6 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/01/2018 PAR Mélodie Castan

Fondée par Franck Wallet, Expliceat est une jeune startup, axée sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Installée à Bordeaux, fin 2015, au sein de la couveuse Anabase, Expliceat s’est fixée deux objectifs. Le premier vise à sensibiliser le public au gaspillage alimentaire, le second est d’imaginer des concepts, pour remettre en circuits des produits, au lieu de les jeter. Leur dernier projet en date ? La fabrication d’une bière, fabriquée uniquement à partir d’écorces d’ananas… La mystère reste entier. Vous l’avez compris, Expliceat est une entreprise, qui défend un modèle économique circulaire : « Dans l’économie circulaire, on se sert de ce qui, avant, été jeté, comme nouvelle matière première, comme nouvel objet, qui a une valeur économique, et qu’on remet dans le circuit. », explique le fondateur de la startup.

  Economie linéaire vs économie circulaire

schéma écobnomie linéaire
  
  
schéma économie circulaire
       

 
Avec Expliceat, c’est donc la promesse d’avoir zéro déchet à la fin du circuit… Mais qu’en est-il réellement ?

Le Crumbler n’en perd pas une miette

C’est en ce sens que Frank Wallet, ancien ingénieur en système urbain, a imaginé et créé, début 2016, le Crumbler. Sous ce nom, qui sonne comme un dessert anglais (cf crumble), se cache un broyeur, dont l’objectif est de permettre le recyclage de vieux pains, pour en faire une nouvelle matière première, à intégrer dans de nouvelles recettes : les recettes évadées. Ainsi, en théorie, avec ce système, plus de pertes de pains dans les boulangeries. 

Le Crumbler, est un broyeur de pains durs, imaginé par Franck Wallet, fondateur de la startup Expliceat 

Franck explique, non sans humour, que « Les recettes évadées sont des recettes, créées à partir de pains broyés, qui habituellement sont jetés, et qui « s’évadent » de la boulangerie pour avoir une deuxième vie. » La promesse est honorée. Au lieu d’obtenir des déchets à la fin du processus, vous obtenez par exemple, un joli cookie ou un beau muffin évadé. Plus appétissant qu’une vieille baguette désséchée ! Mais attention, si le premier est obtenu grâce au broyage de pain dur, séché au four, l’autre en revanche n’est réalisable qu’en broyant du pain mou. Ainsi, on obtient avec le Crumbler, deux matières premières différentes, dont la durée de vie varie de 2 jours à 6 mois pour la matière sèche. Intéressant…

L'une des recettes évadées, imaginées par Franck : les cookies évadées

 

Mais si le petit cookie évadé est savoureux, nous l’avons testé, le (g)coût du Crumbler, lui, est légèrement salé ! Pour le petit modèle, il faut compter pas moins de 2500 euros à l’achat, contre 4500 euros, pour le plus gros Crumbler, uniquement à usage industriel. Mais attention, ce prix comprend, en plus de la machine, le coût de la formation aux recettes évadées, les outils de communication et le travail de recherche induit. Deux mois suffisent pour amortir l’achat du crumbler. Il est également possible de louer la machine, mais nous n’en saurons pas plus sur ce loyer. Son fondateur nous explique que ” le loyer dépend de trop de paramètres, comme par exemple la durée de location, la taille du crumbler, pour en avoir une idée fixe”. 

L’enjeu, pour Franck Wallet, est de se faire connaître des professionnels du secteur et de développer l’activité de son crumbler. Après les boulangeries, le jeune entrepreneur, s’attaque au marché de la grande distribution ! En effet, si chaque année, nous produisons 10 millions de tonnes de déchets en France, 2,3 millions de tonnes sont imputées à la grande distribution. Depuis la loi du 11 février 2016 sur le gaspillage alimentaire, à l’initiative de Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’agroalimentaire, les grandes surfaces ont obligation de diminuer le gaspillage alimentaire, en proposant notamment des rayons de ventes “spécial dates courtes” ou en valorisant les fruits et légumes, dits “moches”. C’est en ce sens que les deux hypermarchés Auchan, Bordeaux-Lac et Mériadeck, et le Carrefour Mérignac Soleil vont se doter, courant février, de Crumblers, pour réduire la part de leurs invendus de pains.

Et justement, nous sommes partis, sur le terrain, à la rencontre, de la seule boulangerie de Bordeaux, qui a cru de suite, dans le potentiel du projet de Franck, pour mieux comprendre l’utilisation de cet appareil. 

Focus sur une boulangerie bordelaise engagée

Avant les travaux de la rue Fondaudège, Mme Perrin, la gérante de la boulangerie, ne jetait presque pas de pains, puisque les collectifs et les associations d’aide, notamment le Secours Populaire et la Banque Alimentaire, venaient récupérer les invendus de la veille. Mais depuis le début du chantier, la gérante déplore une perte de 5% par jour, sur l’ensemble de la boulangerie, pains, viennoiseries et sandwiches traiteurs confondus. La raison ? Ne pouvant plus ni stationner, ni se garer, les collectifs ne se déplaçaient plus jusqu’à sa boulangerie.

 Franck Wallet, fondateur d'Expliceat, et Mme Perrin, gérante de la boulangerie Perrin, en train de faire une démonstration du crumbler

La gérante a trouvé la solution, à son problème, en la personne de Franck. L’achat du Crumbler a permis, à la gérante, de remédier à ce gaspillage. Désormais, muffins, cookies et pâtes à tartes voient 10% de leur farine, remplacés par la “nouvelle matière première, intégrée dans leurs recettes.” explique Mme Perrin. Encore mieux, grâce à Franck et à sa startup, la gérante a vu s’ouvrir à elle un nouveau marché : des cocktails traiteurs éco-responsables, sur le recyclage, dont les mets (muffins, cookies, canapés et navettes ) sont à 100% réalisés avec ” la nouvelle matière première”, issue du pain broyé. 

Mais le Crumbler a ses limites. “On ne recycle que le pain blanc et le pain complet car on ne peut pas avoir de la noix et des fruits secs dans la matière première, obtenue avec le Crumbler. Il y a des risques d’allergies et il faudrait le déclarer, dans tous les produits conçus, à partir de cette matière. Il y a des règles à respecter.“, constate la gérante. 

Malgré cela, Mme Perrin compte équiper son autre boutique de Mérignac du Crumbler, prochainement, boutique pouvant accueillir jusqu’à 1600 clients par jour, le week-end ! L’enjeu de recycler y est plus grand. 

La boulangerie Perrin est très impliquée dans la luttte anti-gaspillage, car, en plus d’avoir soutenu le projet de Franck, elle est l’un des 102 commerces, partenaires de ” Too Good To Go”, application mobile, créée par Lucie Basch, en juillet 2016. 

Too Good To Go, la technologie au service de l’anti-gaspi 

“Too Good To Go” n’est pas la première née des applications mobiles anti-gaspillage mais elle partage la même ambition que son aînée Optimiam, apparue dès 2014. 

 Elise Garcia, le visage de la région Sud-Ouest de l'application

« On a voulu utiliser, à bon escient, la technologie, pour lutter contre le gaspillage alimentaire », raconte Elise Garcia, la responsable région de « Too Good to Go ». Mais comment une application, quelque chose de virtuel, peut participer à lutter contre le gaspillage, qui lui est bien réel ?

Le principe est simple. « Le but est de mettre en relation les commerces de bouche, à proximité, qui peuvent avoir des invendus, avec des utilisateurs, de pouvoir acheter ces invendus à petits prix, et qui viennent les récupérer directement dans les magasins. » explique Elise. Jusque là tout va bien. Sauf que pour récupérer la portion commandée, il faut se rendre aux heures de collectes, indiquées sur l’application. 

Les différents écrans de navigation de l'application

 

Mais l’idée suscite grandement l’intérêt des commerçants et des consommateurs. En effet, les chiffres évoluent à une vitesse effrénée ! En France, c’est 3000 commerçants que comptent désormais l’application, dont 1000 nouveaux adhérents rien qu’en 4 mois ! ! Un autre chiffre et pas des moindres, le nombre de repas sauvés, grâce à l’initiative de Lucie Basch, est passé de 300 000 à 450 000 sur la même période !

Du côté de la métropole bordelaise, ce sont près de 102 commerces qui ont rejoint la lutte anti-gaspillage, contre 80 recensés en octobre 2017. Enfin, « Too Good To Go » mais surtout ses 6000 utilisateurs bordelais, ont permis de sauver 19 000 repas depuis l’arrivée de l’application, à Bordeaux, en novembre 2016. Cette réussite s’explique, en partie, grâce aux prix, très attractifs, des portions d’invendus, mises à disposition par les commerçants partenaires, qui ne dépassent pas les 4 euros. De quoi se laisser tenter, tout en faisant sa BA de la journée !

 

Lire aussi :  La métropole et le “manger sain”
                    Reportage : Bienvenue chez les locavores !
                    Enquête: Du drive fermier à la Coop Paysanne, évolutions d’un modèle

 

 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles