LGV : la “coalition des mécontents” réunis à Libourne


RB
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 19/03/2015 PAR Romain Béteille

“Nous nous représentons comme une coalition des territoires floués par le non-respect de la SNCF”. Les mots sont forts, ils sont sortis ce jeudi matin de la bouche de Philippe Buisson, maire de Libourne, qui a réuni l’ensemble des collectivités impliquées, même indirectement, dans le financement de la future LGV Tours-Bordeaux. Les représentants de Gironde, de Dordogne, de Charente, la communauté d’agglomération du Libournais et les communautés de communes d’Angoulème, Cognac, Périgueux et Bergerac et des membres des CCI. Le Vice Président de l’Actuel Conseil général, Alain Marois, et Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, étaient aussi présents pour cette première “photo de famille des territoires mécontents”, sorte de “coalition des mécontentements” comme l’a déclaré le maire de Libourne. 

Des exigeances claires…La venue du nouveau médiateur de la SNCF Jean Auroux (ancien ministre des transports) à Bordeaux, Poitiers ou La Rochelle ces dernières semaines n’a apparemment pas tout à fait réussi à calmer le jeu. Après les annonces de la SNCF de ne pas respecter les conventions de dessertes signées en 2010 par l’Etat et RFF, de nombreuses communes dont Libourne ou Angoulème ont suspendu leur financement à l’opération. “L’Etat a signé ces conventions en 2010, il s’agit de savoir aujourd’hui si cette signature a encore de la valeur, sinon il risque d’y avoir un écornement du pacte entre l’Etat et les territoires”, a ainsi souligné Philippe Buisson. “Ce que nous regrettons, c’est que la SNCF ne fasse jamais état de sa volonté d’engager des discussions sur la base même des conventions de dessertes, comme si elles n’existaient pas”. Pour Alain Rousset, le Grand Ouest, qui ne dispose que d’une seule ligne, “est la preuve que nous vivons dans le 19ème siècle. Par contre, au niveau des routes et des camions, nous sommes bien au 21ème. Grâce à ce chantier, les gares de Bayonne et Bordeaux vont doubler de fréquence ! La première décision de la SNCF de réduire le nombre de dessertes est une grande maladresse de la part de la SNCF. Comment un maire peut expliquer qu’il doit mettre autant d’argent si les concitoyens, au final, ne s’y retrouvent pas ?” s’est alarmé le président de la région Aquitaine. 

“Il a été créé 2 comités de suivi, l’un sur l’aspect financier et l’autre sur le suivi des dessertes. Faire une révision avant même d’avoir réuni ces comités, c’est stupide. C’est pourquoi nous exigeons que d’ici l’été, ces deux comités soit réunis. Nous sommes prêts à discuter d’un ajustement des dessertes, mais pas de les diviser par deux”, a-t-il ajouté. “Les collectivités sont déjà en train de voir l’avenir, et de financer le réaménagement des gares. On a besoin de savoir comment négocier le plan de transports 2017. Nous ne sommes pas des intégristes, mais nous voulons avoir une nouvelle proposition suite à la mission de Jean Auroux, pour que les financements puissent reprendre et que nous puissions regarder l’avenir avec sérénité”. Philippe Buisson affirme que d’ici là, plusieurs pétitions vont circuler. On peut déjà en trouver une sur le site de la CALI (Communauté d’agglomération du Libournais) depuis début février, elle a atteint 5090 signatures pour un objectif de 7500. Preuve, s’il en est, que le sujet inquiète. 

…Une contribution discutéeMichel Gourinchas, maire PS de Cognac et président de la communauté des communes du grand Cognac, s’interroge : “comment pouvons nous doubler le nombre de voyageurs en abaissant les dessertes de 40%, comme c’est le cas pour Angoulème ?”. “Nous ne pouvons pas être une variable d’ajustement budgétaire”, a tempêté Alain Marois, vice-président du Conseil général de Gironde, “et nous voir ravalés au rang des réceptionneurs de mauvaises nouvelles. Nos habitants ont besoin d’emploi, nos territoires ont besoin de modernité. Le Conseil général a tout de même investi 145 millions d’euros, c’est le prix de 10 collèges mais c’est un choix que l’on assume pour développer l’aménagement du territoire”. “Je suis surpris”, s’est étonné pour sa part Jacques Auzou, vice président du Conseil général de la Dordogne en charge des routes, des infrastructures et du transport, “malgré le contexte économique et la position prudente des élus, que l’on veuille déjà négocier par anticipation et qu’on ne donne pas sa chance à ce bassin de mesurer son potentiel. Nous aurions consenti à ajuster au bout de quelques années, cela aurait été mieux que de réduire l’offre pour dire au final qu’elle n’est pas rentable…”. A titre d’exemple, la fameuse convention promettait notamment à Angoulème et Libourne respectivement 11 et 5 allers-retours, or les ambitions ont été revues à la baisse par la SNCF : Angoulème n’en aurait que 7 et Libourne plus que 3. 

Le schéma a même tendance à se reproduire un peu partout en France, ou quantités de lignes se trouvent menacées. Pour Thierry Auroy Peytou, président de la communauté d’agglomération de Bergerac, “nous avons encore la chance d’être dans une région pro-ferroviaire ou aucune ligne ne ferme. En France, près de 7000 kilomètres de lignes sont menacées. Faute de financements et d’accords, une ligne Bordeaux-Clermont-Ferrand a été fermée en juillet dernier. Si demain, nous loupons l’arrêt du TGV dans notre région, on signera son arrêt de mort”. Rappelons tout de même que dans la part du financement à la LGV (dont le coût global est estimé à 7,8 milliards d’euros), les subventions publiques en fournissent 3 dont la moitié pour les communes du territoire. Des chiffres rappelés par Florent Boudié, député de la dixième circonscription de Gironde, pour qui “il est urgent que l’Etat, que le gouvernement revienne dans la discussion, il ne peut plus être simplement un médiateur”. Dernièrement, un manifeste commun a été signé entre les intercommunalités du Nord-Gironde, les organismes consulaires et professionnels pour soutenir les dessertes de la Sud Europe Atlantique. Les comités de suivis pourraient se réunir avant le rendu du rapport du médiateur. Tous les problèmes ne sont pas réglés pour autant: en février dernier, l’ardoise des collectivités serait de 300 millions d’euros. C’est là que l’intervention de l’Etat, que Florent Boudié appelle de ses voeux, pourrait avoir lieu. En attendant, les débats restent ouverts, les compromis possibles, mais les avis tranchés.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Dordogne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles