Le Rapport Delebarre enterre la LGV Limoges-Poitiers


Lucas D. Creative Commons
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/07/2017 PAR Solène MÉRIC

Il aurait du être remis à la fin de la mandature de François Hollande, mais c’est sous celle d’Emmanuel Macron que Michel Delebarre a rendu son rapport. 56 pages ayant pour but de dégager des solutions permettant de faciliter l’accessibilité du Limousin. Commandé suite à l’annulation de la DUP de la LGV Poitiers-Limoges par le Conseil d’Etat en avril 2016, le document s’inscrit totalement dans la philosophie « macronienne » préférant la modernisation de l’existant, plutôt que la création de lignes grande vitesse nouvelles.
Au chapitre final du rapport portant les propositions pour améliorer l’accessibilité du Limousin, Michel Delebarre, encourage à engager « des choix rapides pour l’avenir » dans deux directions principales. D’abord, le rapport préconise de relier « Poitiers et Limoges en grande vitesse plutôt qu’en très grande vitesse ». L’hypothese retenue par le parlementaire est donc « celle de la modernisation de la ligne existante entre Poitiers et Limoges afin de faire circuler sur cette voie non seulement des TER plus rapides mais également des rames TGV ». Le parlementaire pariant sur la capacité de ces dernières à relier les deux anciennes capitales régionales « dans un temps plus ou moins proche d’1h00, selon que des aménagements plus ou moins lourds sont apportés a la ligne classique ».
Une proposition que Michel Delebarre place en parallèle d’améliorations sur l’axe POLT « à poursuivre impérativement » pour « conforter chez l’usager l’envie d’utiliser cette ligne et sa confiance en son bon fonctionnement ». Une double recommandation permettant par ailleurs souligne-t-il « un double accès au Limousin dans Paris, via la gare d’Austerlitz ou la gare Montparnasse. »

L’aérien et la route en propositions alternativesCela dit dans l’attente de ces éventuelles réalisations, le rapport préconise d’autres solutions alternatives de dessertes pouvant être mises en œuvre dans un délai plus court. Parmi elles, « l’amélioration de la liaison aérienne entre Paris et Limoges », et préconise également, concernant l’aéroport de Brive, « qu’un renouvellement du systeme d’Obligation de Service Public soit pris en compte sur Brive-Orly ». Autre proposition : la reprise de la ligne Brive-Lille, via Marne-la-Vallee et Roissy-Charles de Gaulle, effectuée par des rames TGV conventionnées, et, sur le routier « l’accélération de l’aménagement de la RN147, notamment aux deux extrémités, entre Bellac et Limoges d’une part et entre Lussac-les-Chateaux et Poitiers d’autre part. »
Des actions alternatives, que le document propose de financer pour partie par un redéploiement des fonds provisionnés par les collectivités de l’ancienne Région Limousin pour les études post-DUP du projet de LGV annulé ainsi que par une prise en compte des efforts financiers consentis par celles-ci pour la réalisation de la ligne SEA à laquelle ce projet devait être relié…

Suite à la publication de ce rapport, la Ministre des Transports annonce qu’une réunion se tiendra à la rentrée avec les élus du territoire, afin d’évoquer avec eux les pistes qu’il présente. Une rentrée décidément marquée par la question des transports puisque c’est à la rentrée que se tiendront également les Assises de la Mobilité annoncées par le gouvernement.

Télécharger le Rapport Delebarre sur sur le désenclavement du Limousin et des territoires limitrophes

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles