Dégradation du réseau ferroviaire : la Région ne décolère pas


Région Nouvelle-Aquitaine
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/03/2018 PAR Solène MÉRIC

Dans un communiqué de presse envoyé aux rédactions ce 28 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine, réitère son mécontantement. Et pour cause, l’interruption des circulations entre Bayonne et Saint-Jean-Pied de port, est, en un mois, la troisième, interruption justifiée par « une dégradation incontrôlée de l’état du réseau ferroviaire néo-aquitain », dénonce la collectivité.
C’est aussi le cas de la ligne Limoges Brive-La-Gaillarde via St-Yrieix-la-Perche, fermée depuis fin février, et de la ligne Limoges Angoulême depuis la mi-mars. Une situation qui pour la Région « apparaît d’autant plus inacceptable que la ligne fermée mardi matin a bénéficié de 63 millions d’euros d’investissements publics ces dix dernières années pour sa complète régénération ».

“Impérieuse et urgente nécessité d’un Plan Rail”
Au total « un réseau ferré à bout de souffle », déplore la collectivité. Un constat partagé par un audit du réseau ferré, commandé en 2017 par la Région et l’Etat à SNCF Réseau, qui révèle “l’impérieuse et urgente nécessité” de lancer un Plan rail très important en Nouvelle-Aquitaine: de 1,143 Md€ sur les lignes régionales, dont 625 M€ dans les cinq ans, ainsi que 2,139 Mds€ sur les lignes structurantes, pour assurer la pérennité du réseau ferroviaire. « Ceci exige un engagement de l’État de 1 million d’euros par jour pendant 10 ans », traduit la Région.
Pour donner plus de force encore à son appel régulier, la séance plénière du 26 mars dernier (avant même cette troisième fermeture de ligne) a donné lieu à un vote à l’unanimité d’une motion pour un engagement fort du gouvernement « pour la mise en œuvre d’un plan à long terme de modernisation du réseau, d’une expertise indépendante des coûts propres à la régénération de chaque ligne et la définition du calendrier des travaux nécessaires à la pérennisation du réseau ».

Quant à la ligne nouvellement fermée, la desserte des gares sur l’ensemble de la ligne est assurée, depuis ce mercredi, par des autocars.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles