Changement climatique: la Grande Région lance AcclimaTerra


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 22/01/2016 PAR Solène MÉRIC

Désormais le comité scientifique régional sur le changement climatique porte un nom. Il s’appelle AcclimaTerra, et s’élargit au territoire de l’ensemble de la Grande région. Il est donc désormais composé de 21 chercheurs issus des anciens territoires aquitain, picto-charentais et limousin, chacun couvrant des domaines de compétences variées, de la biodiversté, à la qualité de l’eau, en passant par la forêt, le littoral, l’urbanisme, le besoin en énergie ou encore la sociologie, la politologie, la santé, etc. Une diversité de compétences complémentaires qui permet « de faire des choix et de comprendre les contraintes liés au changements climatiques sous un angle pluridisciplinaire. Il peut par exemple exister des problème sociaux liés au changement climatique. », explique Hervé Le Treut.
En outre, l’élargissement de la palette des compétences, mais aussi du périmètre géographique va permettre au comité AcclimaTerra d’aborder « des éléments nouveaux pas ou peu pris en compte dans le premier rapport. C’est par exemple le cas des îles, très nombreuses en Poitou-Charentes, les zones humides, les zones de moyenne montagne, etc… » ajoute le climatologue. En outre, ce nouveau départ, sera aussi l’occasion de réinitialiser les analyses d’ores et déjà fournies dans le premier rapport, via l’élargissmeent scientifique du comité, mais aussi la volonté affichée par son Président Hervé Le Treut, d’ouvrir davantage la porte aux connaissances et observations que peuvent avoir certaines associations dans des domaines définis, « comme c’est le cas par exemple pour la biodiversité », illustre-t-il.

Un projet d’Agence régionale de l’EnergieS’il paraît difficile pour lui de s’engager fermement sur un délai de parution d’un nouveau rapport (« un an ou deux », indique -t-il vaguement), les informations devraient être diffusées largement au fur et à mesure de l’avancée des travaux des scientifiques du Comité et de leurs collaborateurs. Un des objets de la réunion du jour, était e voir, outre, la définition des sujets traités, le choix du format des livrables, site web, ou parution par chapitre.

Du point de vue des politiques à l’initiative de cette démarche, et notamment de Françoise Coutant, Vice-Présidente du conseil régional en charge de la transition énergétique: « il est important de définir les impacts du réchauffement climatiques et viser les actions à mettre en œuvre, avec notamment à venir, un plan d’actions co-construit avec les acteurs en lien avec ces questions climatiques ». Après la Cop 21 et en s’appuyant sur la loi sur la Transition énergétique, « nous avons la possibilité de mettre en œuvre des politiques offensives en la matière, d’autant que depuis le 1er janvier, les Régions, sont chefs de file sur la question des énergies. Au total la marge de manœuvre pour agir est importante », s’enthousiasme la Vice présidente, qui souligne par ailleurs, la nécessité de s’adapter, mais aussi de prévenir les risques et ainsi limiter les impacts. Dans, ce sens, la région ALPC envisage de créer une Agence régionale de l’Energie, sans doute d’ici la fin de l’année, permettant d’avoir, un regard transversal sur les questions énergétiques au regard de l’ensemble des compétences régionales pouvant être concernées.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles