icone plume

L'ÉDITO

 par Joël AUBERT Joël AUBERT
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
04/10/2020

Economie contre écologie? Deux France(s) à réconcilier


 
Le débat a pris, avec la puissance de la crise sanitaire, bousculant les fondations de l'économie et accélérant la réflexion sur le monde d'après, une tournure de plus en plus vive, au point qu'il ne semble pas superflu de s'interroger sur la bonne façon de le faire vivre. Et, ceci, au cœur même de nos démocraties, elles-mêmes en crise à moins qu'elle ne soient dans le doute ou dans la tentation de plus en plus autoritaire...

Pour prendre la mesure de la dimension humaine de cet épisode qui met en cause le transport aérien, comment ne pas entendre la responsable du CSE et syndicaliste CGT d'Air France qui déclare : «  Cette suppression pure et simple est trop brutale, il faut une concertation » et cette salariée qui s'interroge : « Nous avons tous entre 20 et 30 ans d'ancienneté sur l'escale à Bordeaux car il n'y a pas eu d'embauche depuis longtemps. Est-ce que vous nous imaginez sur le marché du travail en ce moment ?

Quant aux collectifs ils « estiment qu’il est urgent d’effectuer un virage vers une société décarbonée et demandent au gouvernement de cesser de verser l’argent public à un secteur responsable de 5 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. L’aviation est responsable de plus de 7% de l’empreinte carbone de la France. »

Désaccord fondamental, encore qu'en y regardant d'un peu plus près les seconds consentiraient à maintenir une place minimale à l'avion. Dans le cas de la plateforme de Bordeaux-Mérignac qui a connu une croissance spectaculaire, ces dernières années, en particulier face au boom des compagnies « low cost », la suite de ce débat qui ne concerne qu'une ligne intérieure très fréquentée mais concurrencée en partie par la LGV, les élus, à commencer par le maire de Mérignac et président de la Métropole allié du maire de Bordeaux, ne peuvent ignorer l'importance du bassin d'emploi que représente l'aéronautique..

Au-delà du sort d'une navette aérienne il est crucial que le politique à tous les niveaux, à commencer par le pouvoir central, prenne l'initiative et n'hésite pas à faire œuvre de pédagogie. Il est là, en effet, face à un défi majeur pour ne pas dire historique, à des enjeux vitaux pour une société qui ne saurait s'installer dans une manière d'affrontement permanent. Il lui revient de savoir prendre la hauteur nécessaire pour ne céder ni aux lobbies, ni aux activismes. Les propositions de la Convention Citoyenne, voulue par Emmanuel Macron, doivent pour nombre d'entre elles être prises en compte et ne pas forcément être abandonnées au premier cri ; songeons à cette vitesse maximum à 110 km/h qui lui a fait peur. Au fait, ne fût-il pas question de référendum, en 2021 ?... Quant aux collectivités, qui sont en première ligne, et face au réel, elles ont, plus que jamais le devoir de saisir toutes les occasions de consulter les citoyens et d'apporter les réponses qui aillent le plus loin possible pour concilier économie et écologie, en n'oubliant pas que ces deux mots ont le même préfixe...

 

 

Laissez vos commentaires
A lire ! Éditos précédents