L’AAPrA au diapason des attentes des consommateurs français


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 07/06/2013 PAR Solène MÉRIC

A travers les diverses actions menées en 2012 pour la promotion des filières et produits de la région, l’AAPrA communique sur des notions de gastronomie, d’origine régionale par la mise en valeur du lien entre le produit, son producteur et son territoire de production et enfin de convivialité des moments partagés autour de ces produits. Trois notions fortes également mises en avant par la récente bannière Sud Ouest France portée par l’AAPrA et l’IRQUALIM, son homologue en Midi Pyrénées. “Sous cette bannière ne sont en effet représentés que des produits garantis d’origine sud ouest”, rappelle Jean-Pierre Reynaud, vice président du Conseil régional d’Aquitaine. Au regard des analyses de Pascale Hebel, ce choix de valoriser gastronomie, convivialité et origine et résolument le bon, et plus encore en ces temps de crise financière mais aussi alimentaire liées dernièrement à la fraude sur la viande de bœuf.

Consommation régionale, consommation durable En effet, si des études présentées ressort une évolution importante dans les modes d’alimentation des français en fonction de leur âges, les jeunes étant à la fois plus nomades mais aussi plus économes sur leur budget alimentation, certaines caractéristiques du repas “à la française” demeurent. Parmi elles, la prise de trois repas par jours à des horaires réguliers, l’attachement à un repas partagé, et donc à une certaine convivialité, plutôt qu’à un repas en solo… De même, même si en cette période de crise la tendance va à l’appauvrissement de la diversité alimentaire, la notion de gastronomie reste présente à l’esprit des français. Si la crise économique actuelle semble confirmer «la mise en place d’un comportement durable de frugalité» , le consommateur choisit de plus en plus ses produits au regard d’un critère de consommation régionale. Une consommation qui dans son esprit va dans le sens d’une consommation durable, et notamment moins coûteuse en production de carbone.

Confiance dans le producteurCette tendance à l’achat régional est également à rapprocher d’un souci important de traçabilité, précise Pascale Hebel. « En 1996, la crise de la vache folle a été un choc qui a vraiment changé les choses, il a fallu 5 ans pour que la viande de bœuf reviennent à son niveau d’avant crise » rappelle-t-elle. Quant à la récente affaire Spanghero, s’il n’y a eu aucune incidence sanitaire, mais uniquement de la fraude, « ça a beaucoup perturbé les consommateurs qui n’accordaient déjà pas une grande confiance en l’industrie agroalimentaire». D’où également «une plus grande confiance auprès du producteur ou du petit commerçant du coin».
«Origine régionale, gastronomie et lien social, les valeurs de l’AApra semblent être les bonnes!» se satisfait Jean-Pierre Reynaud. L’AAPrA, en toute logique, continuera dans cette voie dans les années à venir, pour promouvoir les produits régionaux.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles