Les Périgourdins abasourdis par le décès de Philippe Cornet


aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 07/06/2013 PAR Claude-Hélène Yvard

Depuis l’annonce du décès en fin de matinée de Philippe Cornet, leader de l’opposition municipale, le monde politique périgourdin est sous le choc, complètement abasourdi par cette nouvelle. Agé de 50 ans, l’avocat périgourdin qui était aussi conseiller régional, a été retrouvé mort à son domicile ce vendredi matin. D’après les premiers constatations, il se serait suicidé par arme à feu. Philippe Cornet était marié et père de deux garçons Alexandre et Maxence. 
Depuis le début d’après-midi, les drapeaux de Périgueux sont en berne et le resteront jusqu’aux obsèques, dont la date n’est pas encore connue à cette heure. Cette tragique nouvelle a stupéfait ses amis de l’UMP et les militants. Une militante en larmes, originaire de la région parisienne, arrivée à Périgueux en 2006, salue la mémoire “d’un homme d’une extrême gentillesse et qui était présent lors des moments difficiles. C’était avant tout un ami au delà de la vie politique. Une campagne, cela crée des liens très forts.” 
Dès l’annonce de ce drame, la permanence de l’UMP est restée ouverte pour accueillir les militants et les sympathisants. Jérôme Peyrat, le président départemental de l’UMP, qui a été informé dans la matinée par la préfecture, s’est dit abasourdi. “Mes premières pensées vont à son épouse Caroline, à Alexandre et à Maxence. Philippe était un homme qui aimait la vie, jovial. D’un naturel optimiste, il était de tous les combats politiques. Aujourd’hui, son départ laisse une part de mystère. Il donnait tellement l’impression d’aimer la vie et de vouloir continuer à se battre. Nous avons le même âge, nous siègeons tous deux au conseil régional. C’est là que nous avons vu croître notre amitié.”

Les réactions se multiplient Michel Moyrand, a réagi depuis son bureau  à la mairie, où il a organisé un point presse en début d’après midi. “C’est avec une grande tristesse que j’ai appris ce matin par Monsieur le Préfet le décès brutal de Philippe Cornet. Cela a été un choc, comme un coup de poing dans la figure.” Alain Rousset, le président du Conseil régional d’Aquitaine a salué sa mémoire : “Conseiller régional depuis 2010, il était un élu loyal, courtois et constructif. Lorsqu’il contestait, avec son talent d’avocat, c’était en opposant ouvert qu’il le faisait.” Le président du Conseil général, Bernard Cazeau,  évoque “un homme dont le caractère combatif, le sens du contact et la cordialité manqueront à beaucoup”. Benoit Secrestat, pour la Fédération socialiste de la Dordogne salue la mémoire d’un élu périgourdin attaché à son territoire et dont le sens du contact était connu de tous.”

Passionné par la politique Philippe Cornet était avocat au barreau de Périgueux depuis 25 ans et s’était très vite impliqué dans la vie politique du département. Passionné par la chose publique et la politique, il avait été proche des centristes. Dans les années 1990, il avait été président du parti républicain. 
En 1995, il devenait adjoint aux animations d’Yves Guéna alors maire de Périgueux, puis adjoint de Xavier Darcos. Après la défaite de l’UMP aux élections municipales en 2008, il était devenu leader du parti à Périgueux.  Il siègeait au Conseil régional depuis les dernières élections. Ces dernières semaines, il travaillait activement pour devenir la tête de liste pour les prochaines municipales en 2014 face à Jean-Paul Daudou. Une ambition à laquelle il a renoncé de la manière la plus tragique. 




Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Dordogne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles