Un partenariat renouvelé entre le département et la chambre


Sylvie Marcilly, présidente du département de Charente-Maritime et Cédric Tranquard, président de la chambre d'agriculture ont signé le renouvellement de leur partenariat

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle conventionVirginie Valadas
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/06/2022 PAR Virginie Valadas

Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime et Cédric Tranquard, président de la chambre d’agriculture ont récemment signé la nouvelle convention de partenariat qui les lie. Un partenariat renouvelé jusqu’en 2024 pour un montant d’1,5 million d’euros. « Un partenariat historique » souligne Sylvie Marcilly, la présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime, rappelant que les premiers soutiens du département pour le développement agricole du territoire remontent aux années 60.

Ce partenariat prend aujourd’hui la forme d’une convention triennale, celle de 2019 à 2021 arrivant à échéance, il s’agissait de la renouveler afin de développer des actions qui vont être mises en place jusqu’en 2024 pour un montant d’1,5 millions d’euros.

Parmi les grands axes de développement : le soutien aux agriculteurs

Cette convention fixe des grands axes de développement, dont l’un et pas des moindres est le soutien aux agriculteurs en difficulté via la MSA (Mutualité sociale agricole) entre autres. Il s’agit de veiller au bien-être des agriculteurs et d’accompagner ceux en situation de fragilité. La fragilité financière d’une exploitation entraînant souvent la fragilité psychologique de l’agriculteur.

Cédric Tranquard d’insister pour mettre en garde ceux qui s’installent sur la nécessité de se mettre en réseau avec d’autres agriculteurs via la chambre d’agriculture, mais surtout de bien évaluer les débouchés pour commercialiser leur production avant de se lancer. « C’est en amont que la réussite d’une exploitation agricole se prépare », appuie-t-il. Il s’agit de développer une agriculture rémunératrice, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée. Pour cela, l’agriculteur doit se positionner en chef d’entreprise et anticiper ses budgets prévisionnels sur trois ans au moins. La chambre d’agriculture peut l’accompagner dans ce type de démarches.

Plantation de haies et réserves de substitution d’eau

A travers le programme Eva 17 (entretien et valorisation de l’arbre) les deux partenaires entendent poursuivre les actions déjà entamées de plantation de haies et de renaturation autour des exploitations agricoles. Le programme a déjà commencé à raison de 50 km de haies plantées en 2021 et les agriculteurs jouent le jeu en passant de nombreuses commandes. Il s’agit évidemment de replanter des arbres propres à chaque territoire voire endémiques. Cédric Tranquard exprime une inquiétude car il y a une pénurie pour se procurer les plants et la chambre d’agriculture ne pourra satisfaire toutes les demandes.

Pour les deux partenaires, la préservation de la ressource en eau passe nécessairement par une politique en faveur des réserves de substitution. Sylvie Marcilly insiste sur le fait que la France ne pourra pas prétendre à une autonomie alimentaire sans irriguer : « chaque goutte compte » affirme-t-elle pour étayer son argumentation. Un accord multipartite doit être signé entre les différents partenaires dont le syndicat mixte des irrigants. Ce choix stratégique affirmé de manière nette par le Conseil départemental de Charente-Maritime à l’heure où l’épisode de sécheresse est long et précoce n’est évidemment pas partagé par tous les agriculteurs. Les opposants aux irrigants et aux réserves de substitution regroupés au sein du collectif « bassines, non merci » vont continuer à s’opposer à ces projets. Cela pourrait même susciter des débats au sein de l’assemblée départementale, tant les deux points de vue semblent irréconciliables.

Concernant la biodiversité, la convention stipule également que les agriculteurs doivent être économes en intrants afin d’agir en faveur de la transition écologique.

Circuits de proximité

La valorisation des produits locaux dans des circuits de proximité a aujourd’hui des outils. Ils sont au nombre de trois : le site Agrilocal 17 qui a été lancé en octobre 2019. C’est une plateforme d’achat qui permet aux cantines et aux restaurants collectifs de faire leurs achats auprès des producteurs locaux. Les collèges bénéficient d’une aide de 25% de leurs achats réalisés via la plateforme. Dix collèges de Charente-Maritime ont obtenu cette aide pour le premier trimestre de 2022-2023. A ce jour la plateforme compte 187 fournisseurs, 125 acheteurs, 53 communes et 39 collèges, pour un chiffre d’affaires depuis son lancement de 145 431 euros.

La marque « Plus de 17 dans nos assiettes » a été lancée en octobre 2020 et compte à ce jour 82 producteurs pour 1400 produits. C’est un des piliers de la politique départementale en faveur du développement des circuits de proximité. « Plus de 17 dans l’assiette » accueille maintenant des artisans (boulanger, boucher, charcutier…) également.

Enfin, le site « manger 17.fr » référence l’ensemble des producteurs qui le souhaite en circuit local. Le site a été lancé à l’été 2021.

Infos pratiques !

Les chiffres clés de l’agriculture en Charente-Maritime :

Les espaces agricoles occupent 64% du territoire de Charente-Maritime
1 milliard d’euros de chiffre d’affaires
Le nombre d’exploitation a diminué de 21% en dix ans, en partie avec l’agrandissement des structures
Plus de 10000 personnes travaillent dans l’agriculture en ETP (équivalent temps plein)
Il y a 399 exploitations en agriculture biologique
Les grandes cultures représentent 2161 exploitations (soit 37%)
Il y a plus de 2000 exploitations viticoles dans le département
Hors vin, plus de 1000 exploitations pratiquent les circuits courts
185 exploitations en bovin viande et 100 en bovin lait.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Charente-Maritime À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles