Vignobles girondins et charentais: une catastrophe de grande ampleur


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 27/05/2018 PAR Joël AUBERT

Nous sommes bien, là, face à une véritable catastrophe naturelle dont les conséquences ne seront pas seulement à court terme, avec une récolte 2018 souvent anéantie et des retombées en terme d’emplois, venant pour beaucoup de surcroît après le gel également catastrophique d’avril 2017. Patrick Vasseur, vice-président de la chambre d’agriculture de la Gironde, et lui-même viticulteur à Morizès, qui a en mémoire l’orage destructeur de 2013 à Grézillac, dans l’Entre Deux Mers, le confirme au retour d’un premier passage dans une partie des secteurs sinistrés des Hauts-de-Gironde: ” Les destructions des cultures, et notamment les vignes, sont considérables pour plus 4000 hectares qui sont détruits a plus de 100%. Comme l’orage sur Grézillac en 2013.” Et il ajoute: “Après une année de gel, parfois même deux, la situation des viticulteurs est plus que critique. Il est temps que les pouvoirs public et l’Europe entendent les propositions de la profession pour mettre en place des mesures efficaces contre les conséquences des aléas climatiques, encore plus fréquents et plus violents. La Fdsea, les Jeunes agriculteurs, et la Chambre d’Agriculture sont mobilisés pour soutenir tous les agriculteurs ( des foins non encore récoltés ont été saccagés) et viticulteurs en ces moments dramatiques.” Les Vignerons de Tutiac à Marcillac estiment que quelque 1500 hectares sont détruits à plus de 80%, selon l’écho recueilli par Patrick Vasseur. Dans ce contexte celui-ci évoque la réunion en présence du préfet, mardi après-midi à Saint-Christoly de Blaye, l’une des communes du Blayais les plus touchées comme ses voisines de Saugon ou Reignac, au même titre que celle de Berson, Mombrier, Bayon notamment dans le Bourgeais. L’occasion de faire un point plus précis et d’acter la mobilisation des organisations professionnelles et de prendre en compte, avec le préfet de Gironde et d’Aquitaine, la dimension de catastrophe naturelle, d’autant plus évidente qu’au fil des contacts on découvre que des bâtiments et du matériel ont été endommagés. Par ailleurs dans un communiqué diffusé ce dimanche Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental, ” assure les viticulteurs qui ont subi de graves dégâts dans leurs vignes de son soutien et que le département sera à leurs côtés, suite à cet épisode orageux hors du commun… Dès lundi les services du département étudieront de quelles façons accompagner en urgence les professionnels impactés malgré les limites du carde législatif.”

Lendemain d’un orage dévastateur

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Charente-Maritime À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles