Une marque et une égérie pour les Blondes d’Aquitaine des Pyrénées-Atlantiques


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 13/03/2018 PAR Solène MÉRIC

Au commencement, il y a l’association Blonde Berceau de Race 64 qui réunit les acteurs de la filière de la Blonde d’Aquitaine dans le département à savoir la Chambre d’Agriculture, les organisations de producteurs Elvea64, Lur Berri et Euralis, les syndicats agricoles FDSEA 64 et JA 64, le syndicat Blond64, le Comice agricole de Sauveterre-de-Béarn, la Fédération départementale des Comices et, enfin, la Confrérie de la Blonde. Leur objectif : assurer la promotion de la Blonde d’Aquitaine des Pyrénées-Atlantiques, à travers l’organisation de manifestations telles la Fête de la Blonde, à Sauveterre de Béarn, ou encore des formations à destination des éleveurs. Mais, souhaitant pousser plus loin encore la reconnaissance territoriale de la race, il a été créé en début d’année, une nouvelle marque, Blond’Aqui, officiellement lancée le 1er mars sur le Salon de l’Agriculture à Paris.

Blond’Aqui: “Pour les éleveurs, par les éleveurs”

Logo Blond'Aqui

Il faut dire que la Blonde pèse son poids dans les Pyrénées-Atlantiques : elle est présente chez 4 500 éleveurs du département. Pour autant, elle n’est pas particulièrement valorisée au rayon boucherie des distributeurs, ou chez les restaurateurs locaux. C’est bien pour contrecarrer ce constat amer que la marque s’est montée « pour les éleveurs et par les éleveurs », insiste Maryvonne Lagaronne Présidente de l’Association Blonde Berceau de Race 64. L’idée est bien de territorialiser la viande de bœuf de race Blonde d’Aquitaine au cœur de son berceau historique, une démarche unique en France.
Au-delà de l’origine départementale, les produits estampillés Blond’Aqui doivent répondre à un cahier des charges validé par les organisations de producteurs. Les animaux doivent être nés, élevés et engraissés dans le département des Pyrénées-Atlantiques et issus de parents de Race Blonde d’Aquitaine ; la certification Parenté bovine permettant d’assurer cette traçabilité. Quant aux éleveurs, ils doivent être engagés dans la Charte des bonnes pratiques d’élevage, qui les engagent en termes de « services rendus à la société » autour de thématiques telles que la biodiversité, la vitalité rurale, les emplois, l’entretien des paysages., etc…

Fayotte au ski, aux fêtes, à la plage…

C’est en appui à cette démarche collective (à laquelle 1500 éleveurs du département adhèrent déjà), que Fayotte, colorée, intrépide et inratable entre en scène. Elle a été désignée égérie de la marque Blond’Aqui, et se fait fort « de présenter au grand public les bénéfices de la présence d’élevages et d’éleveurs dans le département tant en matière d’environnement, qu’en tant qu’acteur de la vie rurale ou d’entretien des paysages », explique Marc Dupouy Président de la section bovine FDSEA 64. « C’est une brave vache… mais elle a une propension à foutre le camp et prendre son destin en main ! », poursuit-il, sourire en coin. Et c’est ainsi que s’explique la fugue de Fayotte de son abri sauveterrien en début de semaine…
« Pour gagner en visibilité, les éleveurs ont décidé de communiquer autrement, explique Maryvonne Lagaronne. Des membres du comice agricole de Sauveterre-de-Béarn vont déplacer la vache et parler au nom des éleveurs, des services qu’ils rendent à la société. C’est un enjeu de visibilité sociétale ». On pourra donc sans doute bientôt croiser « Fayotte au ski » , « Fayotte à la Plage », « Fayotte aux Fêtes de Bayonne »… Des aventures qui lient race, territoire et élevage qui sont à suivre sur les réseaux sociaux et notamment sur le compte Facebook « Blonde Berceau de Race 64». Une carte postale est promise tous les 10 ou 15 jours… A suivre donc, « et à partager! », invitent les parrains et marraines de la nouvelle égérie. Quant au clin d’oeil il ne peut être que d’Aqui.fr…

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles