Un repas solidaire dans les lycées de la Région


SR
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 04/06/2019 PAR Sybille Rousseau

« Par repas solidaire, nous pourrions récupérer 1€. Avec cet euro, la Banque alimentaire distribuera cinq repas ! » Pierre Pouget, le président de la Banque alimentaire de Bordeaux se dit très optimiste. Cette signature de convention signée entre la Région, la DRAAF et les banques alimentaires de la région donne le coup d’envoi d’une très large sensibilisation auprès des lycéens contre le gaspillage alimentaire. En Nouvelle-Aquitaine, 285 lycées sont répertoriés. « Chaque conseil d’administration des établissements scolaires pourra ainsi reprendre cette convention pour mettre en place des actions contre le gaspillage alimentaire et notamment ce repas solidaire mi-octobre. »  

Une sensibilisation de tous les instants
Aussi, les Banques alimentaires de Nouvelle-Aquitaine ont une mission bien précise avec cette convention. Elles s’engagent à intervenir dans les lycées publics à chaque fois qu’elles seront sollicitées pour sensibiliser les communautés éducatives par le biais de témoignages et/ou de supports pédagogiques, accueillir des lycéens dans les Banques alimentaires tant pour des visites, qu’une participation aux activités, notamment de tri des denrées, accompagner les politiques « volontaristes » établies par la Région telles que les services civiques de lutte contre le gaspillage alimentaire en lycée. « Cette convention tripartite est une première en France ! », précise Pierrette Castagné, de la Banque alimentaire de Bordeaux. De son côté, Philippe de Guénin, le directeur de la DRAAF juge ce travail « formidable » et se dit « très heureux de participer à cette démarche ».

Les lycées, acteurs de cette sensibilisation
Les lycées volontaires, eux, devront participer à des actions de solidarité initiées par les Banques alimentaires telles que la collecte de denrées, des projets solidaires, etc., conduire une journée de solidarité alimentaire mi-octobre sous forme d’un repas spécifique composé de produits locaux et/ou biologiques, témoignant d’un engagement citoyen, notamment à l’égard du monde agricole, reverser une partie des recettes alimentaires du jour à la Banque alimentaire locale. Ces ressources alimentaires seront mises à disposition des associations de dons, des institutions (CCAS, CIAS) ou des épiceries sociales du territoire. « Depuis 40-50 ans, nous assistons à une évolution de phénomènes contradictoires, déclare Alain Rousset, le président de la Région. D’un côté, nous observons une amélioration certaine de la sécurité alimentaire dans le monde, un accroissement de l’espérance de vie et de l’autre, un creusement des inégalités et une augmentation de la misère. Le vrai problème est celui de la solidarité en miroir de l’isolement. Aujourd’hui, nous sommes seuls. Nous érigeons des cloisons entre nous. La démarche de la Banque alimentaire va dans le bon sens ! Elle reflète cette solidarité perdue que nous tentons quotidiennement de réhabiliter », conclut le chef de file de la Région.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SPÉCIAL > Nos derniers articles