Salon de l’agriculture : le Poitou entre récompenses et revendications


La rédaction
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 04/03/2018 PAR Anne-Lise Durif

La délégation Deux-Sévrienne

Premier producteur français de lait de chèvre et deuxième producteur de melons et de lapins, le département des Deux-Sèvres était venu en force. Trente-cinq éleveurs réprésentaient la filière qui fait vivre 6000 salariés dans l’agroalimentaire. Le salon a pris également une tournure politique avec la présence ce jour-là d’une dizaine d’élus et de représentant de la filière (Département, Chambre d’Agriculture, Chambre des Métiers, CCI…). Plusieurs d’entre eux, dont le président du Département Gilbert Favreau et Marc Renaudeau, président de la Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, (photo), ont arboré des ti-shirts “Zones Défavorisées” pour protester contre le déclassement d’une bonne partie des Deux-Sèvres de la carte des zones de handicaps agricoles. Un millier d’élevages devraient sortir du zonage, sur les 5000 classées actuellement sur l’ensemble du territoire français. En 2018, le Département consacrera un budget de 2,2 millions d’euros à l’agricultire et soutiendra les agriculteurs locaux, notamment grâce à une convention de trois ans passée avec la Région qui permettra au Deux-Sèvres de poursuivrent leurs investissements en matière de développement agricole via l’aide du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE).  

 RevendicationsLes revendications, relativement silencieuses, n’ont pas manqué de fleurir par des pancartes, jusque sur les stands, bien en vue des visiteurs.

Parthenaises

Temps fort de la matinée, le concours agricole a rassemblé la foule lors de la présentation de la race Parthenaise. En lice : vingt-deux vaches et taureaux, et huit veaux, issus essentiellement d’élevages des Deux-Sèvres, du Maine-et-Loire et de Vendée. La race parthenaise représente aujourd’hui 48 000 vaches sur l’ensemble du territoire. 95 % des effectifs se trouvent en Poitou-Charentes et en Pays de la Loire. Avec ses 600 à 900 kg, elle apprécie aussi bien des éleveurs pour sa facilité d’élevage que des bouchers pour la qualité de sa viande. La race possède aussi son propre Label Rouge.

 Prix des parthenaises

Si le Maine-et-Loire a raflé une bonne partie des médailles des 6 catégories de concours, les Deux-Sèvres s’en sortent avec plusieurs récompenses dont le Trophée d’honneur APVP, le 1er prix en viande bouchère Label Rouge, décroché par l’Earl C.D. Proust et son éleveur Paul Dousselin, basés à Soudan près de Saint-Maixent. 

Agneau du Poitou

 Après les bovins, les ovins étaient les deuxièmes animaux phare de la section Poitou-Charentes avec la présence de huit éleveurs et de leurs bêtes, de race Charmoise, Rouges de l’Ouest et Moutons Vendéens.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Deux-Sèvres À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles