“Paroles d’agriculteurs”, met en lumière les exploitants de Nouvelle-Aquitaine sur AgriwebTV !


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 12/05/2020 PAR Clément Bordenave

Emmanuelle Poirier est agricultrice en bio à Saint-Priest-la-Feuille dans la Creuse. En GAEC avec son époux, son exploitation est composée de 95 mères allaitantes et d’une dizaine de vaches laitières. Pour le bien-être de ces dernières, le couple a recherché une stabulation originale… Sa forme est ronde d’où son nom de « roundhouse ». Il en existe seulement trois en France. C’est la première installée, il y a trois ans en 2017. Emmanuelle Poirier n’est d’ailleurs pas peu fière de cette stabulation innovante sur beaucoup de points, « notre stabulation ronde a une spécificité, c’est qu’elle est autonome en électricité ! », se félicite l’agricultrice. Engagée depuis 2012 dans une agriculture biologique, l’éleveuse se préoccupe tout autant de l’environnement que du bien-être de ses animaux, « cette fameuse « roundhouse » a été pensée afin d’améliorer le bien-être des animaux », affirme Emmanuelle Poirier.


Le bien-être des animaux est aussi au cœur de l’engagement de Jean-Marie Colon, éleveur de vaches limousines à La Chapelle-Saint-Martial dans la Creuse, « Mes bêtes sont nourries avec un mélange de céréales produites sur l’exploitation » un gage de qualité essentiel pour une agriculture durable et de qualité selon Jean-Marie Colon. Des initiatives agricoles durables comme celles-ci, il en existe de nombreux exemples en Nouvelle-Aquitaine, un territoire qui fourmille de talents.

Emmanuelle Poirier précurseure de la stabulation ronde 

Direction maintenant le Cap Ferret en Gironde, avec l’une des dernières cabanes avant la pointe, où Agathe Bouin, ostréicultrice, s’occupe de 2 hectares de parcs à huîtres pour une production annuelle d’une trentaine de tonnes. Dans cette cabane, ils proposent avec son mari Yannick, et leur salarié Rémi, de la vente directe. Malgré un coup d’arrêt pour l’activité de vente avec le confinement, pour les huîtres rien ne change. Elles sont restées en stockage dans les parcs et grossissent juste un peu plus.
Alors que le lundi 11 mai a sonné la fin du confinement, beaucoup d’agriculteurs comme Agathe et Emmanuelle espèrent que les consommateurs qui se sont tournés vers les petits producteurs locaux durant le confinement conservent désormais la même ligne de conduite. 

Agathe Bouin, sa vie pour les huîtres ! 

Des consommateurs impliqués

Au-delà des informations qu’ils souhaitent transmettre aux consommateurs, les agriculteurs veulent redonner du sens à l’acte d’achat en responsabilisant le consommateur. C’est le cas pour Sariah Monclin, éleveuse de chèvres à Cubnezais en Gironde, qui aime bien appeler ses clients des « consom’acteurs ». Une manière délicate de rappeler le rôle primordial des clients aux côtés des agriculteurs, qui ne pourront continuer de mener à bien la transition agricole qu’avec le soutien des consommateurs avertis. La relation avec les citoyens tient d’ailleurs une place de choix durant cette Semaine de l’agriculture organisée pour pallier l’annulation du Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Vous pourrez retrouver l’ensemble des vidéos de l’émission « Paroles d’agriculteurs » ainsi que de nombreux autres reportages et interviews des acteurs néo-aquitains de l’agriculture sur l’agriwebTV, la web TV du Salon de l’agriculture qui se mobilise pour faire de cette semaine de l’agriculture une tribune privilégiée pour les agriculteurs. 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles