La race Limousine, bovin n°1 en Charente-Maritime


Anne-Lise Durif
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/10/2017 PAR Anne-Lise Durif

Avec sa robe « froment vif » et ses tâches claires sous le ventre et les pattes arrière, elle a séduit une nouvelle génération d’agriculteurs qui ne voulait plus des Charolaises de papa. Réputée pour la tendreté de sa chair et sa belle couleur rouge vif, la Limousine est aussi une viande plébiscitée par un grand nombre de bouchers – elle se revend également plus chère au kilo. Si les becs fins qualifient sa viande de peu grasse et de « légèrement persillée » en bouche, les éleveurs l’apprécient pour sa facilité d’élevage. Cette ancienne race de trait apparue dans la partie occidentale du Massif central au XVIIIe siècle est moins rustique que la Charolaise, car jugée plus délicate au froid et à l’humidité mais autonome dans ses vêlages, contrairement à la Charolaise. Avec son ossature globalement plus fine que les autres races, la limousine présente l’avantage d’avoir 65 à 75% de masse musculaire consommable, avec plusieurs morceaux nobles. En plus d’adoucir son caractère naturel un peu sauvage, la sélection et les croisements l’ont fait passer d’une vache adulte pesant en moyenne de 400 kg initialement, à des bêtes de 800 à 900 kg aujourd’hui. De quoi rivaliser avec la Charolaise et la Blonde d’Aquitaine, tournant dans les 950 kg. La limousine fait en revanche une bonne vache allaitante, qui protège farouchement ses petits, donnant une excellente viande de veaux élevés sous la mère, qui se vendent pour abattage à tous les âges.

Si on la trouvait surtout autrefois en Charente, Vienne, Dordogne et en Limousin, la race est aujourd’hui présente un peu partout en France : aux quatre premiers départements viennent s’ajouter l’Indre, l’Allier, la Vendée, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, les Deux-Sèvres, la Charente-Maritime, l’Aveyron, l’Yonne, le Cantal, le Puy-de-Dôme, la Loire, le Lot-et-Garonne, le Gard, l’Indre-et-Loire et le Maine-et-Loire. Si elle reste dans le trio de tête des races à viande d’élevage partout en Europe, on la retrouve jusqu’aux Etats-Unis, où sa robe peut présenter une couleur plus foncée.


Pratique / A découvrir dimanche 29 octobre jusqu’à 18h, dans le grand hall du parc des expositions de La Rochelle, ainsi que des chèvres, des cochons, des poules, des chevaux, des ânes dont les baudets du Poitou, en compagnie de leur éleveur. Mais aussi à travers des présentations au public ou des concours, notamment caprins et équins. 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Charente-Maritime À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles