La Haute-Vienne accueille le 18e championnat du monde de tonte


Dominique Perinaud
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 06/07/2019 PAR Julien PRIVAT

La Haute-Vienne, c’est le plus important cheptel de brebis nourrices de France avec 250 000 têtes. Ce n’est pas un hasard si le championnat du monde de tonte se déroule au Dorat, commune d’à peine 1 800 habitants qui vit au son des tondeuses jusqu’au dimanche 7 juillet. Ce week-end la population va être multipliée par 50. Puisqu’ils seront plus de 50 000 visiteurs à venir découvrir ce sport peu connu encore du grand public. 

La commune du Dorat s'est préparé pour la 18e édition du championnat du monde de tonte de moutons

La manifestation est née par l’initiative de Christophe Riffaud, lui même tondeur professionnel, et d’un groupe de tondeurs professionnels, d’éleveurs de moutons, tout simplement des passionnés de concours de tonte. Ils ont organisé en juillet 2013, les championnats de France de tonte et le tournoi des 6 nations: 2 jours, 150 tondeurs, 1 800 brebis, plus de 10 000 personnes s’y étaient rendues à l’époque. Fort de ce succès, ils ont tout de suite eu envie d’aller encore plus loin et de franchir un cap : accueillir la 18e édition du championnat du monde de tonte de moutons. Très rapidement, en décembre 2018, l’AMTM l’Association pour le Mondial de Tonte de Moutons) est fondée. Ils ont eu un an pour monter un dossier (comme pour tous les mondiaux, il faut convaincre un jury pour se voir attribuer l’organisation de l’épreuve). Il y a tout de même 5 000 moutons à rassembler pour la tonte, 300 tondeurs et accompagnants à loger, 50 000 visiteurs à accueillir et à restaurer. Le projet a pris de l’envergure et voilà comment Le Dorat accueille jusqu’au 7 juillet, 34 nationalités venues de 5 continents : Afrique du Sud, Allemagne, Angleterre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Iles Cook, Ecosse, Espagne, Estonie, Etats-Unis, Iles Falkland, Finlande, France, Irlande, Irlande du Nord, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pays de Galles, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Uruguay. Des pays où la tonte est considérée comme un sport, ce n’est pas encore le cas en France, même si l’association y travaille. Au programme 300 compétitions : tonte machine (avec des rounds qui durent de 4 à  6 minutes en fonction des animaux et de la rapidité du tondeur ; il y a la tonte aux forces, c’est le nom du ciseau qui est utilisé lors de la tonte ; du tri de laine. Chaque compétiteur doit être capable de démarrer et d’arrêter sa machine, d’attraper le mouton (celui-ci étant à quatre pattes), d’évacuer la brebis par la porte du toboggan à la fin. Entre chaque animal la machine doit être stoppée. Selon l’étape et la catégorie, il n’y a pas forcément le même nombre de moutons.                    

Une vraie compétition 

Ces tondeurs professionnels sont jugés autour de trois critères : le temps (qui correspond à 40% de la note finale), la qualité de la tonte et les finitions (le respect de l’animal et la propreté du travail). Pour le tri de la laine, c’est un peu différent, le tri se fait rapidement en, à peine, 80 secondes. Il faut placer dans des caisses les différentes parties de la toison de la brebis…ensuite elles sont examinées par des juges. Tout mélange est sanctionné. En amont du championnat, un speed-shear, une compétition, où le tondeur tond en musique un agneau le plus rapidement possible, s’est déroulée au Champ de juillet à Limoges. Hormis des épreuves pour le championnat du monde, il y a eu des matchs tests (comme au rugby, on appelle cela « Contest ») entre la France et les Pays-de-Galles et la France et l’Espagne qui se sont déroulés ce jeudi et ce vendredi. 

L’équipe de France est représentée par six compétiteurs et un coach. Pour le tri de la laine, il s’agit Adèle Lemercier (Côtes d’Armor, 22) et Lucie Grancher (Alpes-de-Haute-Provence, 04). Pour la tonte machine, Loïc Leygonie (Lot, 46) et Thimoléon Resneau (Aude, 11). Pour la tonte aux forces, Loïc Jauberthie (Lot, 46) et Reinhard Poppe (Lot-et-Garonne, 47). Ils ont souvent échoué  au pied du podium, mais peut-être que le fait de « jouer » à domicile et devant des curieux et des supporteurs leur portera chance. Le fait de regarder ces professionnels suscitera des vocations… on ne sait jamais. 

Pour ceux qui veulent découvrir en images la compétition  sur France 3 NoA (disponible sur le site Internet de France 3 Nouvelle-Aquitaine, mais aussi sur les box Orange sur le canal 339, SFR, 455, Free 526, Bouygues 337), pour découvrir ce sport encore méconnu et très impressionnant. Rendez-vous, samedi 6 juillet de 14h à 16h30 pour les demie-finales et de 21h à 23h30, pour un concert du guitariste anglais Curtis Simmons et du groupe Powerage ; et le dimanche 7 juillet de 14h45 à 19h, pour assister aux finales et de 20h à 21h, pour la remise des prix. Pour les plus motivés, rendez vous au Dorat, jusqu’à dimanche. Des animations sont proposées ainsi qu’un spectacle de clôture. 

Programme du samedi 

> Finale All Nations
> Championnat duo monde round 2
> Remise des prix


Programme du dimanche

> Championnat du monde round 3, demi-finales et finale
> Remise des prix
> Cérémonie de clôture avec La Fresque de Bridiers
Feu d’artifice sur le site

Entrée payante 
En vente sur place et en ligne sur billetweb.fr
1 jour : 5 euros


Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Haute-Vienne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles