La filière bovine se mobilise contre les émissions de gaz à effet de serre


Anna Bonnemasou Carrere
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 03/06/2019 PAR Anna Bonnemasou

Dans l’après-midi du 3 juin, Alain Rousset, président de la région a ratifié la Convention Nouvelle-Aquitaine pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le texte s’inscrit dans le cadre du projet européen Beef Carbone, partenariat européen impulsé conjointement par la France, l’Irlande, l’Italie et l’Espagne pour développer une stratégie “bas carbone” dans la filière bovine. L’objectif est de parvenir, en dix ans, à une réduction de 15% de l’empreinte carbone. Un argument qui sera brandi à des fins de valorisation des produits de la filière.

Ce texte, dont la rédaction est le fruit d’un travail de longue haleine, prévoit plusieurs phases afin d’atteindre un double objectif: la réduction des émissions de gaz à effets de serre et la préservation de la performance économique des exploitations.

La première phase du programme réside en une “prise de photographie de la situation de l’agriculture en Nouvelle Aquitaine”. Ainsi l’observation de 600 exploitations, représentant la diversité des productions agricoles, permettra de dresser un état des lieux précis avant que des leviers d’actions ne soient testés dans une centaine de fermes. A l’issue d’une période de tests de trois ans, la création d’un plan carbone pourra être amorcée sur des bases solides.

 Une initiative venue des territoires

Ce texte représente une avancée importante pour la Nouvelle-Aquitaine. Première région d’élevage de France, celle-ci n’était, jusqu’à présent, pas équipée pour réduire ses émissions de gaz. Désormais, et grâce à l’appui de 24 organisations professionnelles de la filière bovine, l’Interbev (l’interprofession bétail & viande) et les 700 éleveurs embarqués dans ce projet auront à disposition l’outil qu’il leur manquait pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Un engagement de chacun, qui permettra de changer la vision des élevages pollueurs, à travers un projet s’inscrivant dans la dynamique de transition agricole de la région.

 

Un Président de Région convaincu

Alain Rousset, président de région revendiquant son attachement au monde agricole, salue le travail de la fédération de Bovin croissance et de l’Institut d’élevage. “Le changement de modèle ne viendra pas de Paris, ni de Bruxelles, mais bien des territoires, comme vous le faites avec ce programme” ; ne reste plus à la région qu’à accompagner au mieux l’initiative pour espérer continuer de voir fleurir de telles innovations.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles