Emplois saisonniers agricoles: l’ANEFA 64 publie sa “Bible” 2020


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 17/01/2020 PAR Solène MÉRIC

« Si notre rôle est, notamment, de pousser à la création de l’emploi salarié permanent, il est aussi de faciliter la mise en relation entre employeurs agricoles et saisonniers », explique Isidore Héguy le Président de l’ANEFA 64. Et pour cause, si le nombre de salariés permanents a tendance à augmenter dans le département, les saisonniers représentent encore 70% de la main d’oeuvre agricole du département.
« Un chiffre toujours important qui s’explique par le développement de nouvelles productions comme le piment ou le kiwi qui ont besoin d’un renfort de main d’oeuvre de manière saisonnière, mais aussi avec une présence importante de la viticulture, dont les vignobles locaux privilégient les vendanges à la main », analyse le Président.

Vigne, maïs et kiwi sur le podium
La vigne, c’est justement le secteur qui offre cette année encore, le plus d’opportunités d’emplois dans les Pyrénées-Atlantiques avec 437 offres répertoriées dans le livret. Selon Gilles Ladaurade, viticulteur en Jurançon et secrétaire général de l’association, « ça s’explique en effet  à la fois par cette tendance à largement privilégier la vendange à la main, y compris dans les vignobles où la vendange mécanique est autorisée par le cahier des charges, mais aussi parce qu’au-delà de la période de vendanges, les viticulteurs font appel à des saisonniers pour deux autres temps de travaux. Il y a la taille et le tirage des bois, de décembre à fin mars, et pour les travaux d’éclaircissage, de palissage, de relevage des vignes de mai à fin juin. » Au total près de 6 mois équivalent temps plein dans les vignes, estime-t-il.
Autre facteur, plus inattendu, expliquant ce besoin en main d’oeuvre qui va croissant : « le changement climatique. Il impacte énormément nos productions. Avec des fenêtres de production qui sont plus courtes, ça nous oblige à embaucher plus de monde pour travailler plus efficacement sur des temps plus restreints » ajoute le viticulteur.
Sur le podium des postes proposés par le livret, après la vigne, vient le maïs et ses 257 postes suivi par la culture du kiwi avec 191 postes. Mais le livret n’oublie personne et recense également des offres en maraîchage, horticulture, pépinières, grandes cultures ou encore pour le gardiennage de troupeaux en estive.

Un livret “énormément demandé”
Et outre les offres par type de production, un calendrier des travaux saisonniers agricoles synthétise l’ensemble des tâches possibles sur l’année. Cumulant les saisons dans diverses productions les saisonniers peuvent ainsi travailler à l’année. « On se rend compte qu’il y a de plus en plus de saisonniers qui travaillent toute l’année en changeant d’employeurs et départements. Et ils ne veulent pas autre chose, c’est un véritable mode de vie pour certains », note Daniel Tétart, vice-président de l’ANEFA 64.
Si le document se veut être une Bible pour les saisonniers, en intégrant aussi en son sein un certain nombre d’informations pratiques ou juridiques livrés par les partenaires de l’ANEFA, « il est aussi énormément demandé par l’ensemble des prescripteurs de l’emploi, qu’il s’agisse de Pôle emploi ou des Missions locales. Car, ça leur permet de proposer des adresses à leurs interlocuteurs », ajoute Daniel Tétart qui estime à environ 3000 le nombre de livrets distribués chaque année sur le département, dont 800 sous format papier, et le reste sous format numérique.

Le coup de pouce des réfugiés
Quant au nombre d’offres répertoriées, il devrait continuer à aller en augmentant, grâce au partenariat passé en août dernier entre l’ANEFA et la MSA Sud Aquitaine. Cette dernière s’est en effet engagée à informer l’ensemble des employeurs agricoles sur l’existence de ce Livret, et de leur possibilité d’y faire paraître leurs offres.
Pour autant, si le document de 42 pages est sans aucun doute utile pour faciliter la recherche de salariés côté employeurs, Gilles Ladaurade ne se voile pas la face : « les postes ne seront pas pourvus à 100%. Chaque année on fait des travaux avec des équipes incomplètes ».
De quoi pousser, encore et toujours, l’ANEFA 64 à poursuivre sa mission “pour redorer le blason de l’agriculture et des métiers agricoles” selon les termes de son Président. De quoi la motiver aussi, à renouveler et élargir les opérations partenariales visant à l’embauche de réfugiés à des postes de saisonniers agricoles. Une nouvelle source de main d’oeuvre pour qui ces emplois, ne nécessitant pas de formation complexe pour des personnes parlant peu la langue, sont un premier pas d’intégration dans leur nouveau pays, la France.

Pour toute information sur l’emploi agricole dans le 64, ou pour obtenir le livret : contacter la permanence de lAnefa au 05 59 30 80 59
A noter: ce Livret de l’emploi saisonnier existe pour l’ensemble des départements de Nouvelle-Aquitaine, au détail près qu’en Gironde, il n’est disponible qu’en format numérique.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles