Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs


XC/CD47
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/03/2020 PAR Sybille Rousseau

« Notre mission est essentielle, vitale : nous devons continuer à veiller à la sécurisation de la chaine d’approvisionnement, afin que les Français puissent accéder à une nourriture tracée, saine, sûre et durable ». Telle était la communication de Didier Guillaume, ministre de l’agriculture et de l’alimentation le 12 mars dernier, adressée aux agents des différentes instances agricoles, suite à l’annonce faite par le Président Emmanuel Macron concernant les mesures à prendre pour faire face à l’épidémie.
Depuis, le confinement a été décrété. Et les Chambres d’agriculture n’ont pu que suivre les préconisations émises par le Chef de l’Etat. Si les salariés des Chambres sont donc invités à rester chez eux, en revanche, sur leur site, les Chambres tiennent à rassurer les agriculteurs grâce à une rubrique « nous vous accompagnons » à l’image de la Chambre d’agriculture de Corrèze où il est possible de lire : « à compter du lundi 16 mars, le site de Puy Pinçon et les antennes de la Chambre d’agriculture de la Corrèze sont fermés au public. Afin de garantir les missions de services publics, les procédures seront au maximum – et dans la mesure du possible – dématérialisées (sous forme informatique ou postale). Cas particulier des missions de services publics relatives à l’identification ou aux passeports : dans l’attente de précisions, nous maintenons un effectif réduit pour garantir le suivi des demandes. Pour toute demande, nous vous invitons vivement à prendre contact avec le service dédié par téléphone ou par mail : 05 55 21 55 54 – identification@correze.chambagri.fr

L’agritourisme en question
La plupart d’entre elles mettent en avant la réglementation pour tous les agriculteurs pratiquant l’agritourisme comme la Chambre d’agriculture de la Gironde qui explique dans le détail les autorisations et interdictions de la filière : « Au regard de la situation sanitaire exceptionnelle que nous vivons actuellement, voici ce que nous pouvons communiquer à la date du jeudi 19 mars 2020 impactant les activités d’agritourisme. Conformément à l’arrêté du 15 mars et l’arrêté du 16 mars, les activités suivantes sont suspendues au moins jusqu’au 15 avril prochain : les activités de restauration, toutes les activités de loisirs : visite de ferme, fermes équestres, location de salle… Toutes les activités d’hébergements touristiques (y compris camping) et autre hébergement de courte durée, sauf lorsqu’il constitue pour les personnes qui y vivent un domicile régulier (ex : location d’un mobile-home à une personne qui n’a pas d’autre domicile). Ce qui est autorisé : la vente de produits alimentaires, les points de vente à la ferme et points de vente collectifs entre agriculteurs peuvent rester ouverts au même titre que les commerces de détail de fruits et légumes en appliquant les mesures de bon sens. Les marchés sont autorisés par l’Etat mais les mairies peuvent décider de les interdire. Il convient de vous rapprocher de votre municipalité pour connaître les mesures décidées ».
Aussi, pour répondre à tous types d’interrogations, des foires aux questions sont proposées sur les différents sites. Ainsi, sur celui de la Chambre d’agriculture de Charente, un onglet y est dédié.  Par exemple pour les déplacements des exploitants agricoles, il est écrit que « vous devez pouvoir présenter les originaux des documents suivants à chaque contrôle : autorisation de dérogation journalière datée du jour même, attestation MSA, que vous pouvez télécharger sur le site de la MSA ainsi que des papiers d’identité ».

L’agriculture continue à assurer notre alimentation
Afin de rassurer les agriculteurs, Luc Servant, le président de la Chambre d’agriculture de la Charente-Maritime, a tenu à préciser que « malgré la situation exceptionnelle, l’agriculture et toutes les filières de l’agro-alimentaire de Charente-Maritime continueront à assurer la production et la distribution des produits alimentaires, pour une alimentation de qualité pour tous. (…)
Non seulement il faut poursuivre la collecte, la transformation et la distribution des produits agricoles, mais il faut aussi assurer les récoltes à venir avec une période de travaux intense qui arrive du fait du retard considérable pris suite à plusieurs mois de pluviométrie exceptionnelle. La nécessité d’avoir chez nous une agriculture forte et diversifiée apparait plus que jamais fondamentale dans ces périodes de crises. La garantie d’un approvisionnement local ne peut que rassurer des citoyens inquiets sur leur santé et sur leurs conditions de vie des jours à venir. »
Comme en direction des personnels de santé, la Chambre d’agriculture tient également à rendre hommage au monde agricole « Nous devons remercier collectivement l’ensemble des actifs du secteur agricole et agroalimentaire qui continuent d’assurer la production et l’approvisionnement de biens alimentaires dans cette période inédite ! Les semaines à venir vont être difficiles mais l’agriculture sera présente au côté des citoyens. Cela montre la nécessité d’une agriculture locale forte qui permet d’établir de vrais liens de confiance entre les citoyens, les consommateurs et les agriculteurs ».

Les élus de la Chambre au service des agriculteurs
Même démarche pour d’autres Chambres comme celle de la Vienne qui par le biais d’un communiqué rappelle qu’« au-delà des dispositifs d’accompagnement mis en œuvre par le Gouvernement pour aider les entreprises en difficulté, et face à cette situation exceptionnelle, l’ensemble des élus et des collaborateurs de la Chambre d’agriculture de la Vienne se tient à la disposition de tout agriculteur qui rencontrerait des difficultés particulières dans le cadre de cette pandémie. Grâce à l’effort et la mobilisation de tous, nous espérons que cette crise sanitaire inédite sera maîtrisée le plus rapidement possible ».

La CR prend la plume
En Lot-et-Garonne, le syndicat agricole majoritaire la Coordination rurale qui détient la Chambre d’agriculture vient d’écrire au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation une lettre de « demande urgente d’engagements en faveur des agriculteurs pour se relever de la crise COVID-19 ». Voici des extraits de cette missive signée Pascal Béteille le président de la CR47 :
« Nous avons besoin d’engagements forts immédiatement. La situation est trop grave pour se contenter de petites mesures. Les remontées de terrain sont déjà catastrophiques tant au niveau des conditions de travail (main d’œuvre quasi indisponible) que de la vente de notre production. Concrètement, les marchés de denrées périssables sont quasiment à l’arrêt. En parallèle, les étals continuent de proposer des aliments produits à l’étranger. Cette situation révolte la profession ; c’est totalement intolérable en cette période si difficile. On ne peut pas nous demander de produire pour ne pas vendre ensuite. Les investissements et charges des agriculteurs sont colossaux. En Lot-et-Garonne, nous avons une multitude de producteurs. Du lait à la viande en passant par les produits maraîchers, fruitiers, etc. tous sont unanimes. Nous courons vers une crise économique sans précédent et certainement vers la faillite. Les agriculteurs, déjà en grande difficulté avant cette crise, ne s’en relèveront pas sans engagements forts et immédiats de votre part. (..)
Des consignes gouvernementales doivent être formulées et imposées immédiatement à tous les services et fournisseurs cités ci-dessus. Vous ne pouvez pas nous demander de produire sans garantir notre survie. Le moral des agriculteurs se dégrade de plus en plus chaque jour. Vos engagements aujourd’hui assureront notre survie demain. Monsieur le Ministre, l’inquiétude et l’incertitude gagnent les agriculteurs. Les Députés de la République doivent s’emparer immédiatement du sujet. Pour certains d’entre nous, les producteurs maraîchers notamment, nous n’avons pas une semaine à attendre sans que l’on ne coure à la catastrophe. Si l’agriculture est en danger, toutes les productions qui s’en rapprochent et s’y raccrochent le sont aussi (pépinières, horticulture, etc.). Celles-ci devront bénéficier des mêmes mesures. Le Président de la République s’est engagé à payer et à ne laisser personne sur le côté. »

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles